Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants…ou pas !

Merci infiniment à la fidèle lectrice qui a bien voulu écrire cet article pour le blog. N’hésitez pas à m’envoyer les vôtres !

Ma chère Christelle,

Il y a deux ans déjà tu as accepté d’être notre témoin – et quelle témoin ! Comme nous, en ce beau jour, tu t’imaginais la suite du conte de fée… « Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants »… Ou pas, en fait ! Comme tous les jeunes mariés, nous avons rêvé à notre future progéniture, réfléchi aux prénoms, nous questionnant pour savoir à qui bébé allait ressembler… Or, les semaines, les mois et les années passent, sans qu’aucun heureux événement vienne s’annoncer… Et les joyeux projets laissent alors la place à l’incompréhension, la colère, la tristesse, les larmes, l’impatience… Maintenant, voici la question que nous nous posons : comment vivre au mieux cette période d’attente/ d’infertilité ? Quant à toi, mon amie si pleine d’empathie, tu te demandes comment nous aider, alors que tu fais déjà énormément !

Continue, s’il te plaît, à nous aider à déculpabiliser, c’est tellement important ! A nous permettre de ne pas nous juger trop durement, à accueillir avec douceur cette souffrance bien naturelle qui nous envahit plus sourdement chaque mois. Oui, il est dur de se sentir parfois incompris, ou exclus des conversations des femmes de notre âge qui ne parlent que couches, biberons, devoirs du soir… Oui, ce n’est pas simple d’apprendre une nouvelle naissance chez un couple proche et plus jeune, alors que vous attendez depuis des mois sans succès… Ce n’est pas de la jalousie que d’éprouver un petit pincement au cœur, c’est un ressenti bien humain. Oui ce parcours du combattant qu’est le suivi de restauration naturelle de la fertilité est parfois bien pesant (rendez-vous médicaux en tous genres, prises de sang à répétition, examens très invasifs, régimes draconiens pour certaines…), bien que personne ne nous plaigne. En effet contrairement aux mères de famille nombreuses épuisées par leurs bambins, la cause de notre fatigue ne se voit pas, et nous gardons ce secret un peu « tabou » pour nous seuls.

C’est normal de passer par une, plusieurs ou toutes les étapes du deuil ( colère, tristesse, révolte…), car c’est bien un renoncement qui nous est demandé, même s’il n’est que momentané. Le plus dur est d’ignorer quand ce cauchemar prendra fin, tout comme nos amis célib’ en attente de l’âme sœur! Oui, quand on se marie, c’est pour fonder un foyer chrétien fécond, et, du point de vue naturel, la première fécondité que nous espérons, c’est bien l’enfantement. Par conséquent, son absence est bel et bien une épreuve archi douloureuse, ne nous voilons pas la face ! Et tu le sais bien, toi la jeune maman, combien la vocation à la maternité est primordiale pour une épouse ! Que faire face à ce vide, comment nous donner, telle est la question qui nous taraude ! (Même si nous savons bien qu’aimer notre conjoint de tout notre cœur est notre grande mission). Je me permets donc de te livrer en toute simplicité les « trucs trop sympa » qui nous font tellement de bien !

Prier pour nous ! ( Et on sait que vous êtes nombreux à le faire, gratitude à vous tous les amis, on vous aime !!!) Mention toute spéciale à la petite Béa, 10 ans, qui nous consacre chaque soir une dizaine de son chapelet !

Une écoute attentive et empathique en tête à tête quand on en a besoin/ envie (merci les supers copines pleines de douceur et de bienveillance, toujours là au bon moment).

Un petit texto sympa à la fête des mères, ou un petit cadeau/ attention : (à toi la maman de cœur qui prend soin de tous, ou à toi la future maman qui se bat ! ) Ça, on n’a encore jamais eu, mais ça nous ferait trooop plaisir !!!!

Nous choisir comme parrain/marraine, et nous permettre d’entretenir un lien privilégié avec notre filleul ( Merci aux supers parents qui nous font confiance en nous prêtant leur petit trésor quelques jours, promis, on en prend soin !!!) Merci à ceux qui leur suggèrent d’écrire de gentilles lettres ou de faire de beaux dessins, nous aimons refaire ainsi la déco de notre maison !!! Merci à ceux qui ont la délicatesse de nous envoyer des photos-papier de leurs bouilles trop mignonnes, ou une vidéo WhatsApp personnalisée où ils nous remercient du cadeau d’anniversaire !

Être délicats lors d’une nouvelle grossesse, nous appeler ou nous envoyer un petit texto en avant- première pour nous prévenir, nous touche beaucoup et enlève toute souffrance /amertume! ( Merci à vous mes trois amies géniales qui se reconnaîtront !)

Nous soutenir et nous aider à garder l’Espérance ! Merci à toi Anne, qui a écrit une lettre à nos futurs jumeaux, parce que tu continues d’y croire pour nous ! Merci aux prêtres et aux religieuses qui nous soutiennent à fond de leurs prières compatissantes ( et puissantes !) et de leurs encouragements si profonds ! Merci à eux de nous lister tous les lieux de pélé et tous les saints de l’Ancien Testament et du Nouveau qui ont été dans la même galère que nous, et qui à force d’implorer le Ciel de leurs cris et de leurs pleurs, ont obtenu gain de cause auprès du Big Boss ! ( Mention spéciale à nos chères Clarisses avec leur Mère Sainte Colette, conçue par des parents de 61 ans ! Mais s’il vous plaît Sainte Colette, ça serait sympa de ne pas nous faire attendre autant, ayez pitié de notre impatience légendaire!^^ Et merci aux dominicaines contemplatives, avec leur vénérable « Sœur des bébés ! »)

– Accepter que selon les tempéraments, ou le degré d’acceptation, ou le temps écoulé ou non, on ait besoin d’en parler à cœur ouvert ou au contraire, qu’on ait besoin de taire notre souffrance (et ça, ça change beaucoup d’un couple à l’autre, et aussi au fil des années au sein d’un même couple ! Oui, on sait, on n’est pas à prendre avec des pincettes…)

Merci aux foyers qui sont passés par cette épreuve de témoigner et de nous apporter leurs pistes et leur soutien : Olivier et Joséphine dans leur bouquin et témoignages, Claire et son blond via sa BD, Hanna dans ses vidéos, Thérèse B. qui a osé nous recommander un bon kinésio, Albane qui nous a évoqué la napro ( « N’attendez pas pour vous lancer les amis ! ») et son « bébé napro » dont elle allait accoucher dans 6 mois !!!

Merci Tonton d’avoir écrit : « Famille Tartempion » ( nom d’emprunt, comme vous ne vous en seriez pas doutés !!!) sur l’enveloppe que tu nous destinais ! Car oui, avec ou sans enfants, nous sommes bel et bien une famille, un foyer, depuis notre mariage. Merci de nous le rappeler, ça fait chaud au cœur !

Merci à la super instructrice et au chouette médecin formés en NaProTechnologie qui savent répondre avec tant de bonté et de professionnalisme à nos questionnements, inquiétudes, pleurs…Merci de nous accompagner avec respect et de ne jamais nous dire de lâcher prise, car vous connaissez notre parcours médical du combattant, et vous savez bien qu’il nous rappelle tous les jours l’absence du petit bout de chou … Tout comme les poussettes croisées régulièrement, les faire-part de naissance, les femmes enceintes et les baptêmes…. Vous savez que c’est aussi inutile et blessant que de dire à une mère de famille nombreuse de lâcher prise et d’arrêter de penser sans cesse à ses petits, la maternité étant profondément inscrite dans le cœur de la femme !

Merci enfin à Vous Jésus d’être mort sur la Croix, car Vous nous avez montré le chemin ! Et merci à Vous, Maman du Ciel, d’être restée debout aux côtés de Votre Fils, et à nos côtés !

Chère amie, je t’embrasse très fort, heureuse d’avoir pu te partager du fond du cœur toutes nos joies et nos croix !

Espérance

Merci à Espérance d’avoir bien voulu partager ce témoignage avec nous !

Ces articles peuvent également vous intéresser : Lettre à celle qui ne se mariera pas et Et si je ne devenais jamais mère ? (témoignage)

Crédit photo : Pexels et Claire2C.

5 réflexions sur “Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants…ou pas !

  1. Luisa dit :

    Je me suis interessée à l’apithérapie il y a quelques temps. Apparement il y a, chez nos amies les abeilles, un rémède pour l’infertilité. Il s’agît de prendre de la gélée royale, mais celle qui contient les petites larves. C’est la femme qui devrait prendre ceci; l’homme de son côte devrait prendre les larves des abeilles mâles (Apilarnil).

  2. Cyrille dit :

    Merci pour ce témoignage bouleversant, qui me donne des idées pour soutenir les couples en attente d’enfants autour de moi.
    Pour ma part, mon père était praticien de médecine traditionnelle chinoise (ce qui est beaucoup plus complet que l’acupuncture, mais trouver un bon praticien est assez difficile), et le bouche à oreille a fait qu’il recevait beaucoup de couples en espérance d’enfant. La plupart ont pu par la suite accueillir la vie dans leur foyer, grâce entre autres à son écoute bienveillante et ses soins respectueux (non invasives, prenant en compte l’ensemble de chaque personne et pas seulement sa fertilité). Mon père rappelait souvent à quel point l’arrivée d’un enfant dépend d’abord de la volonté de Dieu… à qui il est retourné il y a quelques années, et où il intercède sans doute pour tous ces couples en souffrance.
    Espérance, je vous assure de mes prières ainsi que pour votre mari.

  3. Espérance dit :

    Merci beaucoup Cyrille pour ce commentaire plein de délicatesse, de douceur et d’espérance! Merci d’avoir évoqué la figure de votre père qui a fait tant de bien aux couples en espérance d’enfants, nous prierons également pour le repos de son âme, que c’est beau la Communion des Saints ! 🤗🙏🏻

Laisser un commentaire