Mon chemin vers le minimalisme

Chemin_minimalisme.png

Nous sommes constamment entourées de publicité et de vitrines bien arrangées qui nous incitent à acheter toujours plus, toujours plus vite, et sans forcément réfléchir. Avons-nous besoin de tant de vêtements ? Réfléchissons-nous suffisamment aux conséquences de nos choix ? Aujourd’hui je vous propose, sans toutefois vous culpabiliser, d’essayer de faire, à votre niveau, les efforts que vous pourrez  afin de ne pas vous laisser entraîner dans l’engrenage de la surconsommation. Pour celles qui n’auraient jamais entendu parler de ce terme, la “fast fashion” désigne un segment de l’industrie vestimentaire qui se caractérise par le renouvellement très fréquent des collections de vêtements. De nouveaux habits apparaissent sans cesse en boutique. Les prix bas nous attirent, mais ils cachent très souvent une production contraire aux règles de l’éthique (employés sous-payés, enfants qui travaillent…), de la qualité (finitions mal faites, tissus de mauvaise qualité qui ne durent pas dans le temps) et qui se révèle être très polluante pour l’environnement.

Je vous avais déjà parlé de minimalisme dans cet article. Depuis quelques mois déjà, je commence à en ressentir vraiment les bienfaits. Je trie régulièrement ce qui se trouve dans mes placards et finis toujours par trouver quelque chose à vendre ou à donner. Lorsque l’on analyse attentivement le contenu de ses armoires, on se rend compte que l’on porte très souvent les mêmes choses, et que ce sont toujours les mêmes vêtements qui prennent la poussière… Nous avons du mal à nous débarrasser de certaines pièces, parfois parce qu’elles nous ont coûté cher et qu’il est dur d’admettre que nous avons fait un mauvais achat. Parfois, c’est tout simplement parce que nous ne nous rendons pas compte que cet habit ne nous convient pas réellement.

C’est Marie Kondo qui en parle dans son ouvrage La magie du rangement (dont je vous ai parlé ici). Il ne faut garder que les choses qui nous procurent de la joie. Dit comme ça, cela peut paraître vraiment étrange. Mais je vous assure qu’elle a tout à fait raison ! Depuis quelques mois, je n’ai dans mon placard que des vêtements que j’aime vraiment, qui me vont bien, et que j’éprouve beaucoup de plaisir à porter. J’ai donné les vêtements qui n’allaient pas à ma silhouette, ceux dont les couleurs ne me mettaient pas en valeur, et ceux que je ne trouvais pas confortables ou agréables à porter. Certes, je n’ai plus “que” 3 robes et 5 jupes dans mon placard pour cet hiver (comparé à ce que j’avais avant, cela me paraît très peu!), mais je porte chaque tenue avec joie, je me sens bien dans ces vêtements et, surtout, je ne passe plus d’interminables minutes à choisir ma tenue du jour ! De plus, étant donné que je choisis des pièces de qualité, dans les couleurs de l’automne, tout se marie très bien, et il est facile d’agencer les différentes pièces de ma garde-robe : vêtements, chaussures, sac à main et accessoires. La qualité des finitions et des matières m’aide à garder longtemps les mêmes affaires, sans qu’elles ne s’abîment, et, ainsi, à éviter de devoir racheter sans cesse de nouveaux vêtements.

Si vous avez conscience de vous laisser facilement tenter, ne partez pas faire du shopping ou ne regardez pas les sites en ligne, ce sont des tentations inutiles ! Privilégiez les vêtements de seconde main pour une approche plus éthique (vide-dressing en ligne, braderies, friperies, etc). Je vous parle dans cet article de plusieurs solutions pour pourvoir vous habiller correctement même avec un petit budget. Si vous le pouvez, essayez de vous diriger vers des marques qui produisent de façon éthique, en France ou en Europe. Certes, le budget n’est pas le même, mais la qualité est au rendez-vous, et votre investissement sera pérenne. Au-delà de ces actions petites et grandes qui ne peuvent que faire du bien à la planète et vos habitudes de consommation, le minimalisme est vraiment un état d’esprit qui consiste à ne pas se laisser happer par les sirènes de la société de consommation. Apprenons ou réapprenons à savoir nous contenter de ce que nous avons, à être en paix avec nous-mêmes et à prendre conscience que, généralement, moins nous possédons de biens matériels, plus nous laisserons de la place aux choses spirituelles et à ce qui ne se monnaie pas.

Pour écouter le podcast sur le même sujet, c’est par ici.

Ces articles peuvent également vous intéresser : À la mode et responsable et Acheter moins, mais mieux.

Crédit photo : Pexels.

8 réflexions sur “Mon chemin vers le minimalisme

  1. Clotilde dit :

    Je suis à 2000% d’accord avec vous ! En fait il me semble que c’est l’attitude la plus chrétienne face à la consommation. Je n’appelle pas ça du minimalisme, mais du bon sens et aussi de la modestie et de la maîtrise de soi ! En plus, en suivant les conseils du site, on peut facilement comprendre ce qui nous va et se confectionner une garde robe intemporelle, avec des vêtements de qualité, en les entretenant soigneusement. Merci pour tout !

  2. AR dit :

    Ma chère Thérèse, cet article est vraiment intéressant, et enrichissant.
    Ne serait-ce pas une éloquente illustration de vos propos que votre choix courageux se remarque dans … les photos que vous publiez sur votre joli site ? Je suis peut-être aveugle mais à première vue, j’ai souvent l’impression que vous possédez un magasin à votre disposition plutôt que l’inverse…
    J’espère ne pas vous avoir blessée mais cette apparente opposition m’interpelle depuis que vous aviez abordé le sujet.
    Je vous remercie pour tout ce travail et vous souhaite une bonne soirée.

  3. femmeapart dit :

    Bonsoir, je vous comprends tout à fait, je crois qu’il y a à peine un an je ne réalisais même pas que j’avais beaucoup trop d’affaires dans mes placards (même si c’était déjà moins que la moyenne des femmes). Les tenues que je poste ne sont presque jamais les miennes désormais. J’ai maintenant 4 jupes d’hiver, et 2 jupes et 2 robes de mi-saison. Bien moins qu’avant et je ne m’en sens que mieux ! Je continue de poster beaucoup de photos de magasins, d’influenceuses ou de lectrices pour continuer d’inspirer les femmes à être belles et décentes, mais sans pour autant pousser à la surconsommation. Faire mieux avec ce que l’on a, acheter moins mais mieux, tout simplement (voire ne plus acheter du tout une fois que l’on a des vêtements de bonne qualité et qui nous mettent en valeur). J’espère que ma réponse vous éclaire 🙂

  4. femmeapart dit :

    Tout à fait ! Depuis que je n’achète plus rien ou presque plus rien (vêtements, accessoires, babioles en tout genres) je me sens beaucoup mieux, c’est vraiment reposant de sentir que l’on se maîtrise au niveau de ses achats (pourtant je n’étais pas une grande dépensière non plus).

Laisser un commentaire