Livre d’or

Merci pour vos retours positifs, vos messages bienveillants et tous vos encouragements presque quotidiens qui me font chaud au coeur et m’encouragent à continuer mon travail ❤

Je partagerai ici avec vous toutes ces perles que je lis avec plaisir 🙂 N’hésitez pas à me laisser vos messages sur la page contact.

La raison pour laquelle j’ai commencé à ne mettre que des robes ou des jupes n’était pas particulièrement saine au début. J’ai souffert d’anorexie, et je voulais à tout prix camoufler mon corps non pas par décence mais par honte et souhait de disparaître. C’est finalement tout le contraire qui s’est produit !! J’ai reçu de plus en plus de compliments. Je me suis sentie peu à peu femme, féminine. J’ai ainsi réapprivoisé ce corps que je n’aimais plus, pour en faire un temple de l’Esprit. Je n’ai pas mis un seul pantalon depuis… deux ans ! Mon fiancé est fier de moi, il trouve ça fabuleux et si élégant… et ça n’a pas de prix ! Je me sens belle lorsqu’il me regarde, et je n’avais jamais ressenti cela auparavant. De plus, étant couturière, je peux réaliser ma propre garde-robe, sur mesure et à mon goût ! Grâce à la douceur de votre compte qui alimente mon fil d’actualité je peux puiser de l’inspiration sans cesse, tant pour les vêtements que pour la femme en général.

Agathe

Votre blog est comme une petit lumière qui nous accompagne sur le chemin de la féminité. Pour toutes celles qui ont choisi d’être une femme en toute simplicité, vos messages sont réconfortants et bienveillants. J’ai 39 ans et je suis maman au foyer. Quelle bonheur! La société me fait parfois douter : ai-je fais le bon choix? Quand je vois le bonheur dans le yeux de mon petit garçon et sa petite bouille barbouillée de fraises du jardin, je me dis oui, j’ai fais le bon choix. Depuis la naissance d’A. il y a 3 ans, je ne sup(porte) plus les pantalons. C’est d’ailleurs en voulant trouver des astuces sur le port de la jupe que j’ai ouvert la porte de votre joli blog. Depuis ce jour, ma vie de femme a changé. Mon style de vie et mes vêtements sont devenus une évidence, une divine certitude. Je suis fière d’être une femme, une épouse dévouée, une maman allaitante, une fille qui prend soin de ses parents et une amie bienveillante. Mon regard sur la société a évolué et je me dis que oui, les femmes ont beaucoup perdu tant sur le style vestimentaire que sur leur liberté de penser. Comme vous, j’ai toujours refusé les propos des féministes. Je n’ai pas assez de haine dans mon cœur pour détester autant mon frère… nous sommes si beaux et si complémentaires, pourquoi vouloir être identiques? Je suis désolée, mais je ne comprends pas ce combat illogique. Le dimanche est le jour du Seigneur mais aussi celui de Femme à part. C’est toujours une petite joie de découvrir votre billet dans ma boîte mail. Votre travail est béni, soyez-en certaine.

Sylvie

Merci mille fois pour vos articles, vos encouragements au Bon, au Bien, au Beau. Depuis quelques mois, je relève le défi de ne renouveler la garde robe que par des jupes et robes décentes; défi qui devient une habituée et finalement, une normalité. Imaginez vous quelqu’un qui, il y a 15 ans de cela, avait le crâne rasé, des rangers, et que les passants appelaient Monsieur. Aussi il a fallu un long retour à ma vocation de femme, mais merveilleux et toujours renouvelé. Cela fait désormais 2 semaines que je « tiens » sans mes pantalons. Mon mari est ravi de cette féminité discrète mais retrouvée. Cette évolution joue sur mon comportement : je m’emporte moins violemment, les injures qui pouvaient fuser sont plus contenues, et j’y travaille chaque jour davantage. Cela influe également sur ma vie spirituelle. Voilà la 3e semaine, après un long cheminement, que je me couvre la tête pour la messe. Après en avoir discuté avec mon époux, pour ne pas qu’il soit gêné de ce changement lorsque nous sommes ensemble. Tous ces changements ne m’asservissent pas, bien au contraire, et j’en suis ravie. Alors encore mille fois mercis de tous vos conseils, de toutes vos remarques qui distillent des germes et finissent par fleurir.

Emmanuelle

Je vous remercie du ton pédagogue de votre compte ! J’ai grandi dans un univers opposé au vôtre, il y a quelques mois je ne voyais pas l’intérêt de la modestie, et peu à peu je change de garde-robe, plus long, moins décolleté, moins près du corps et je me sens mieux. Avant je m’habillais, toujours en robe, mais plus courtes, très moulantes voir décolletées… Et je me sentais honteuse sans savoir pourquoi, je n’arrivais pas à mettre le doigt sur le problème et une conférence sur YouTube ou vous interveniez a changé ma vision sur la modestie, que je ne comprenais pas n’ayant jamais eu de vrai cours de caté. Vous avez éclairé La femme éternelle en expliquant la notion de voile utilisée par Gertrude von Lefort, puis défini la modestie. Je suis sur le chemin de la modestie grâce à vous et je vous remercie infiniment. Que Dieu vous garde et vous bénisse.

Anonyme

Je voudrais vous remercier pour tous vos articles et votre travail, ainsi que les témoignages qui font chaud au cœur et m’ encouragent à devenir comme notre Mère du Ciel. Personnellement je me fais moquer par ma mère et ma belle-mère. Je reçois beaucoup de critiques. (…) En tout cas merci encore pour tout votre travail. Le monde a besoin de gens comme vous, afin d’amener les femmes à s’habiller avec pudeur, décence, modestie et féminité. Cela enlèvera beaucoup de péchés, autant du côté des hommes que des femmes. Les âmes retrouveront de vraies valeurs, elles se rapprocheront de Dieu, la vision de la famille sera revalorisée et beaucoup de choses changeront

Séverine

Un grand merci et un énorme encouragement pour la suite ! Je suis heureuse de vous lire et de pouvoir mettre des mots sur ce que je ressens, mais surtout des actions : je suis maman de 2 enfants rapprochés et je ne me reconnaissais plus dans ma garde robe, je n’étais plus à ma place dans ces vêtements “d’avant”. Je vais enfin mettre de côté mes pantalons et dans ma dernière commande je n’ai pris que des robes et jupes. Je pense aussi à rallonger mes jupes ou robes trop courtes. Ce sera comme une renaissance, mais je serai enfin bien dans ma tête et mon corps car je serai en phase avec ce que je suis aujourd’hui : une femme épouse et mère respectueuse décente aimante…

Astrid

Je profite du sujet pour faire part de mon expérience. J’ai souffert d’une dépression causée par une forte culpabilisation intérieure, qui me grondait de ne pas avoir l’ambition professionnelle et l’opinion politique féministe des femmes que je croisait dans ma vie. Dans mes pantalons et mes robes courtes, je me sentais soit profondément “neutre” (et non femme); soit démangée par une sensation de nudité malaisante. Je soupçonnais la société d’effacer la fibre maternelle des femmes, alors que pour autant, la “figure paternelle” est évoquée de façon plus populaire. Ma rencontre avec Femme à part a été plus qu’une prise de conscience, un tremplin pour faire crier ce qui se murmurait au fond de moi. Avant, je me disais “Si je ne porte pas de mini-jupe à mon âge, quand le ferais-je ?” Et maintenant je trouve ça inesthétique de montrer ses genoux et ses épaules. Je me sens respectée et assurée dans mon accoutrement d’élégance. Maintenant j’assume complètement mon choix d’être mère et épouse avant tout. Mes relations se sont nettement améliorées car je sens l’épanouissement et la confiance en moi. Mille merci pour votre présence. Bravo à toutes les filles qui comme moi, au fil des mois et des années, ont écouté leur âme et ont œuvré pour le bon.

Glorious Red

D’abord un immense merci pour l’apostolat que vous faites au travers de vos articles. J’ai 24 ans et ai connu votre blog par une amie. Pourtant élevée dans les écoles de la Tradition et dans une famille catholique, j’ai toujours eu du mal à accepter ma féminité et à oser l’exprimer, ayant initialement une tendance de caractère à vivre les choses comme des rapports de force, et de ce fait ayant besoin de montrer sa force et de marquer son territoire pour se protéger. Les 1ers mois j’avais beaucoup de mal à accepter vos paroles, bien que dans le fond je sois plutôt d’accord. Et puis peu à peu j’apprends à accepter et à oser exprimer un peu plus ma féminité, et je le ressens comme une véritable libération ! Le plus dur est au travail, où l’on cherche à faire de la femme “un homme comme un autre”. Et pourtant, notamment dans mon métier de RH, il est flagrant de voir la belle richesse que peut apporter une femme féminine et chrétienne ! Mais c’est un combat quotidien. Votre blog répond à un vrai et crucial besoin de comprendre profondément le sens de ce qu’est une femme, et chrétienne, dans notre siècle. Alors du fond du cœur, MERCI !! Vous êtes pour moi une inspiration et un encouragement à polir mon âme chaque jour davantage et à diffuser ce message à mon tour.

Sixtine

Je voulais également vous dire que vos publications m’aident beaucoup dans mon environnement professionnel actuel. La norme y est au clinquant et voire au vulgaire… Ayant toujours évolué dans un monde où la modestie est «normale» (guides d’Europe, écoles catholiques, puis enseignement en tant que professeur), ce milieu professionnel est déconcertant de ce point de vue ! C’est bien sûr l’occasion de dialoguer avec mes collègues, mais pas facile tous les jours. Il faut accepter de passer pour la «fille coincée» quelque temps pour, peut-être, que les choses fassent leur chemin dans les esprits. En tout cas, votre blog me permet réellement de me sentir soutenue lorsqu’une remarque se fait blessante par exemple. Merci pour cela, le contenu est toujours de très bonne qualité. Excusez-moi pour ce pavé, je tenais à vous redire votre utilité concrète au quotidien !

Julie

Il ne me reste plus que 2 pantalons dans ma garde-robe, un que j’utilise pour faire du jardinage (la jupe et la débroussailleuse, c’est compliqué) et un pour faire du sport… Pour le reste, c’est jupe ou robe. Je cherche encore ce qui me va le mieux question coupe, longueur, matière, couleur, mais je me sens en harmonie avec ma féminité quand je suis en robe ou en jupe. Plus féminine. Et je ne ressens plus l’envie de mettre en avant un décolleté plongeant pour contrebalancer une tenue trop masculine, puisque je suis déjà féminine… Comme je suis bonne couturière, je m’autorise quelques expériences vestimentaires. Je sens le regard de mon entourage changer. Mes aînées (9 ans et 4 ans) sont bien plus à l’écoute quand mon apparence est féminine et soignée. Moi-même, je me sens moins encline à l’agressivité, plus pondérée. Mon époux a plus de gestes d’affection, comme poser sa main sur mon bras, sur mon épaule, m’attirer contre lui… Des gestes assez discrets, assez pudiques, mais qui me réconfortent beaucoup. Je me sens bien plus belle dans son regard. Comme je prends plaisir à porter une robe, je prends aussi un peu de temps pour mieux me coiffer, j’opte plus souvent pour un joli chignon, plutôt qu’une queue de cheval ou une tresse faites à la va-vite… Et sans maquillage, je me sens bien plus belle qu’autrefois, avec mes jeans moulants, mes décolletés plongeant, mes tartines de fond de teint…

Orphéann