Comment réagir face à des personnes passives-agressives ?

On parle souvent à l’heure actuelle des pervers narcissiques, mais il existe d’autres catégories de manipulateurs, peut-être moins dangereux ou conscients, mais qui peuvent être tout aussi destructeurs. Ce sont des personnes toxiques qui, parfois, ne se rendent même pas compte de leur comportement, et vous en font voir de toutes les couleurs au quotidien, que ce soit en famille, en couple, entre amis ou au travail. Il peut être difficile de les cerner et de réaliser que ce n’est pas vous qui avez un problème, mais que c’est bien elles. En effet, elles ne provoquent pas de conflits directs mais fonctionnent davantage par sous-entendus, ce qui peut vous donner l’impression d’être folle ! Voici quelques conseils pour repérer une personne qui agit de façon passive-agressive et y faire face sans perdre votre sang-froid.

Tout d’abord, il est important d’identifier ce type de personnes, afin de savoir à qui vous avez affaire et à y faire face en connaissance de cause. Il peut s’agir d’un collègue qui répond favorablement à vos requêtes mais ne réalise jamais la tâche demandée, ou d’un conjoint toujours sur la défensive. Les passifs-agressifs sont adeptes des non-dits, des sourires narquois, des critiques acerbes dites avec un sourire, des phrases cryptées, des sarcasmes, des rancœurs ressassées. Il s’agit d’une agressivité réelle mais masquée. Le comportement passif-agressif est généralement un mécanisme de défense dû à la peur des autres, au manque de confiance en soi, à une certaine paranoïa (sentiment de persécution permanente). Cette personnalité toxique résiste au changement, se victimise, et adopte un comportement paradoxal (refus de la soumission mais peur de l’autonomie par exemple). Ces personnes sont généralement tristes, mal dans leur peau et ne comprennent pas pourquoi elles ont tant de mal à tisser des liens sociaux.

Les PA (passifs-agressifs) sont assez difficiles à cerner, vous poussent à bout, vous culpabilisent. Vous pouvez même en venir à penser que c’est vous qui avez un problème ! Pour vous protéger de ces personnes si vous en avez dans votre entourage, il est tout d’abord primordial de les identifier et de bien comprendre que le problème est de leur côté et pas du vôtre. Le fait d’avoir conscience de ses mécanismes d’action vous permettra d’être moins facilement manipulée. Il faut bien faire sentir à ces personnes qu’elles n’ont pas d’emprise pour vous. Si elles commencent à vous culpabiliser, essayez d’adopter une attitude un peu distant ou en tout cas très ferme : cela mettra généralement fin au petit jeu, plus ou moins conscient, des PA.

Pour faire du bien à ces personnes, qui, au fond, souffrent beaucoup pour diverses raisons, il faut essayer de les aider à parler, à mettre des mots sur ce qui ne va pas, à exprimer leur ressenti (colère, frustration, etc). Leurs manipulations et sarcasmes sont dus en grande partie au fait qu’elles n’arrivent pas à exprimer leurs besoins et leurs émotions. Elles ont besoin qu’on les comprenne, et qu’on leur accorde de l’attention. Bien entendu, tout ceci doit se faire dans un climat de confiance.

Quand il veut obtenir quelque chose, le passif-agressif fait passer ses messages de façon cachée. Il ne formule que rarement une demande directe et précise, c’est généralement à l’interlocuteur de deviner. Il n’ose pas parler, n’aime pas le conflit, c’est pourquoi il utilise des moyens détournés pour parvenir à ses fins(sous-entendus, insinuations…). Il faut donc poser des questions directes, l’aider à exprimer ce qu’il souhaite. S’il est dans le déni, ne pas hésiter à le mettre en face de ses contradictions : exposer des faits, sans le juger ni être moralisateur, mais avec fermeté, pourra l’aider à admettre certaines choses et à avancer. Cela “casse” un peu, finalement, son jeu de manipulation. Parfois, on aura l’impression de materner ce genre de personnes, tout simplement parce qu’ils agissent parfois comme des enfants qui ont besoin d’attention et expriment leurs émotions par des comportements inappropriés.

Bien entendu, tout le monde n’a pas un comportement passif-agressif au même degré, et tous ne peuvent pas être aidés par le commun des mortels. Le fait de pouvoir les repérer et ne plus les laisser vous manipuler est déjà un grand pas. Si vous avez connu ou que vous connaissez des PA et que vous voulez partager votre expérience, n’hésitez pas à le faire en commentaire, cela pourra peut-être aider d’autres lectrices qui sont confrontées à ce genre de personnalités toxiques !

Ces articles peuvent également vous intéresser : Apprendre à dire non poliment et Comment répondre poliment à quelqu’un qui vous agace ?

Crédit photo : Pexels.

12 réflexions sur “Comment réagir face à des personnes passives-agressives ?

  1. Rose dit :

    Bonjour, je vous suis discrètement depuis un moment mais ce sujet me fais réagir.
    Ma belle sœur est une personne qui répond d’assez près à ce profil. J’ai « subi » les 15 premières années de mon mariage un comportement que je ne comprenais pas. C’est une immense blessure qui n’est pas encore guérie je crois. Il a fallut à un moment donné que je dise fermement non et on m’y a aidé. Je ne peux plus être en relation avec cette personne. J’imagine pourquoi elle est comme ça. Même les leçons de la vie ne la change pas elle reste égale à elle même. Je ne chercherai jamais à lui rendre tout le mal qu’elle a pu me faire je le laisse dans les mains du Bon Dieu, néanmoins il m’est tout à fait impossible aujourd’hui de la fréquenter. J’ai cru longtemps que c’était un manque de charité mais ma santé mentale en dépend et notre vie de famille aussi. Je n’ai pas la clé avec ce type de personne et ce n’est pas faute d’avoir essayé mais à ce jour je ne peux plus.

    • Thérèse dit :

      Bonjour Rose, tout d’abord permettez-moi de vous dire combien je suis désolée pour ce que vous avez subi ! Avec ces personnes, on culpabilise très vite, et comme leur type de manipulation est vraiment subtil, on se sent méchante ou juste folle. Vous avez pris la bonne décision et je ne pense pas que cela soit un manque de charité loin de là. Si l’on en a les moyens, on peut toujours essayer de changer ces personnes, mais le plus sûr, lorsque l’on peut, est de couper les ponts ou de mettre beaucoup de distance. En ce qui concerne votre « deuil » et la guérison de vos blessures, le temps fera de l’effet. Vous pouvez aussi prier pour cette personne. Et enfin prendre conscience que ce n’est pas de votre faute, et que vous serez plus prudente à l’avenir ! Bon courage, je suis de tout cœur avec vous !

  2. France dit :

    Je suis affolée de voir que…je suis une passive agressive en fait…
    Je pense que cela vient d’une frustration immense étant enfant (privation de marques de tendresse sous prétexte de “ne pas tomber dans la sensiblerie”, famille un peu trop nombreuse hélas pour qu’on puisse réellement discuter et dire le fond de nos pensées en toute simplicité…). Pour toutes les personnes qui sont désemparées face au comportement de personnes PA, sachez que nous souffrons énormément mais que nous ne voulons pas le dire, nous nous sentons profondément incompris et rejetés, et nous pensons que les sous entendus et les sarcasmes sont une arme contre les autres qui nous font peur. Ce n’est pas une excuse certes, juste un début d’exploitation. Le chemin est long, en particulier j’ai peur d’exprimer mes sentiments par peur du ridicule et de paraître faible.

    • Thérèse dit :

      Bonjour France, merci pour ce témoignage et bravo pour votre clairvoyance, cela ne doit pas être facile à admettre. Ceci dit je ne suis pas une spécialiste et je ne me permettrais pas de confirmer ou non ce « diagnostic ». Quoi qu’il en soit, je trouve cela très bien pour vous d’en prendre conscience, cela vous permettra peut-être de moins en souffrir, d’être plus indulgents envers vous et envers les autres, et de prendre les mesures nécessaires pour vous sentir mieux et combattre certains défauts. Bon courage en tout cas 🤗

  3. AT dit :

    Chère Thérèse, votre article cerne très bien les PA, mais il me pense nécessaire de mettre vraiment l’accent sur le fait que ce sont des personnes à très forte sensibilité et qui on certainement été soit blessées fortement dans cette sensibilité, soit à qui l’on n’a pas appris à maîtriser cette sensibilité. Je m’explique : je pense être une PA, votre article met des mots sur tout ce que je ressens intérieurement depuis toujours et sur toutes mes façons de réagir extérieurement depuis toujours. Seulement, Dieu m’a donné la grâce de naître dans une famille avec des parents dotés d’un bon sens particulièrement solide et d’une forte générosité. Du coup, au lieu d’exacerber en moi ces défauts de la sensibilité, ils m’ont aidée ainsi que mes frères et soeurs, à savoir les surmonter, à ne pas non plus me centrer uniquement dessus, à savoir relativiser, à savoir se donner avec le sourire pour les autres. Et là où j’appuie encore plus votre analyse de ce genre de personnes, c’est que mon mari agit envers moi exactement comme vous dites qu’il faut agir envers ces PA. Deo gratias ! le Seigneur a mis sur mon chemin la personne qui serait capable de vivre avec moi sans être détruite et, encore mieux, avec lequel je ne peux que m’améliorer :-).
    J’ai dans mon entourage très proche une autre personne PA, et qui visiblement n’a pas joui des mêmes soutiens que les miens et a eu un comportement extrêmement destructeur pour les siens durant toute sa vie… Du coup, avec les mots que vous avez mis sur ce que je ressentais, je vais peut-être pouvoir plus facilement adopter un comportement adapté et ainsi l’aider.

    • Thérèse dit :

      Bonjour AT, un immense merci pour ce précieux témoignage ! Je suis toute émue en vous lisant, bravo pour vos efforts et aussi votre honnêteté par rapport à vous même. Je suis contente de savoir que vous êtes bien entourée et que vous allez, à votre tour, aider quelqu’un 🤗

  4. nolann dit :

    Bonjour Thérèse, j’ai connue une personne avec le profil type que vous décrivez et j’en suis témoin, le Saint Esprit l’a changée ! Ça a pris du temps et ses mauvaises habitudes resurgissent de temps en temps mais « à petite dose ». A force de persévérance dans la prière, je crois qu’elle peut changer.

  5. Sylvie C. dit :

    Bonjour Thérèse,
    Merci pour votre article très éclaireur et ô combien, vrai (j’ai reconnu le sourire narquois)
    Ma belle-mère est une PA et cela fait 22 ans qu’elle me fait tourner en bourrique.
    Samedi, le vase a débordé et j’ai dit Stop! J’ai décidé de prendre des vacances, ne plus la voir au moins jusqu’à Noël…
    Mon petit bonheur familiale et mon coeur de maman ont été fragilisés par ses propos destructeurs depuis trop longtemps.
    Sa fille, en devenant maman il y a 10 ans, a également dû faire une pause. Elle a duré 5 ans. A-L voulait protéger sa famille et elle a réussi! Elle a su poser des limites qui sont aujourd’hui respectées par ma belle-mère.
    Mon coeur de chrétienne n’aime pas couper les ponts (surtout avec un membre de la famille) mais là, c’est devenu vital.
    Cette personne est malheureuse dans sa vie de couple, dans son corps et dans sa tête (son frère est mort sous ses yeux de petite fille) mais refuse de le dire car c’est honteux selon elle.
    Reste à prier pour elle chaque jour, c’est tout ce que je peux faire en attendant des jours meilleurs…

    • Thérèse dit :

      Bonjour Sylvie, merci pour votre précieux témoignage ! Je pense que votre décision est la bonne. Ce n’est pas un manque de charité, il faut aussi penser à votre santé morale et physique, et à vos enfants. Suivant les relations que vous avez avec votre belle-mère, il peut être quand même bon de lui expliquer votre décision ou d’essayer de lui faire comprendre ce qui vous dérange et ce que vous n’accepterez plus désormais. C’est parfois difficile car ce sont des petites choses que l’on peut avoir du mal à décrire ou à faire comprendre ! Mais vous pouvez essayer. Il faut que la personne comprenne bien qu’elle n’est pas jugée, qu’elle peut aussi s’améliorer mais que là, en l’état des choses, c’est inacceptable. Bon courage en tout cas et merci d’avoir partagé votre expérience avec nous 🤗

Laisser un commentaire