Comment faire si votre mari n’aime pas votre façon (modeste) de vous habiller ?

“Comment gérer nos choix vestimentaires quand notre mari ne les aime pas ? Il m’a avoué récemment ne pas aimer du tout les tenues longueur midi. Il trouve que cela fait vieux mais n’a jamais osé me le dire (je suis vos conseils depuis 1 an). Je suis perdue entre la modestie et vouloir plaire à mon mari. (…) Depuis 1 an que je m’efforce tellement d’être plus modeste et ça m’en coûte énormément psychologiquement (je suis obsédée par la longueur de mes vêtements et je ne suis pas particulièrement épanouie là dedans). Je trouve moi-même que j’ai perdu beaucoup de joie à m’habiller.” C’est la première fois que je reçois ce genre de témoignage, mais je voudrais m’efforcer d’y répondre car peut-être que d’autres personnes sont concernées. Il y a deux points cruciaux qui y sont abordés : le fait de plaire à son mari, et le fait d’être bien dans ses vêtements et d’assumer son style et ses choix vestimentaires. Vous êtes peut-être concernée par l’un ou l’autre aspect des choses, et cet article va tenter de vous donner quelques éléments de réponse.

Si vous êtes mariée, il est évidemment crucial de plaire à votre conjoint. Non seulement moralement, mais physiquement aussi. Saint François de Sales le répétait souvent : une épouse doit prendre soin d’elle, se faire jolie, et choisir attentivement ses tenues, afin de plaire à son mari. C’est un désir naturel lorsque l’on aime une personne, et c’est d’autant plus important dans un monde où les hommes sont entourés en permanence de femmes (ou d’images de femmes) assez peu vêtues. Si, en plus de ces tentations presque constantes, ils revenaient au foyer pour retrouver une épouse négligée, comment réagiraient-ils ? Mais même en mettant cela de côté, il est de toute façon important que l’homme et la femme mariés se plaisent et s’attirent mutuellement. Mais nous devons en premier lieu plaire à Dieu, respecter ses commandements, L’honorer et nous comporter en filles du Roi des Rois. Et nous devons aussi nous plaire à nous-mêmes, être bien dans notre peau, et avoir confiance en nous, afin de pouvoir réellement être nous-mêmes, déployer nos talents et les faire rayonner autour de nous. Alors, comment faire pour conjuguer de façon harmonieuse, dans notre façon de nous habiller, ces 3 points cruciaux ?

La première chose à faire est de prier et de demander au Saint Esprit de nous guider, même à travers les obstacles. Demandons avec simplicité à notre mère du Ciel, de nous éclairer afin que nous fassions les bons choix. Il n’est pas facile, surtout dans notre société qui a perdu tous ses repères, de choisir de s’habiller de façon décente et élégante. Même avec la meilleure volonté du monde, de nombreuses difficultés peuvent surgir et nous décourager. C’est normal, ne vous en faites pas ! Nous pouvons nous sentir seules dans nos choix, ou ne pas savoir comment les appliquer au quotidien. Le changement de garde-robe peut être brutal, nous rachetons des choses “dans l’urgence” et n’avons pas vraiment de vêtements qui nous vont, ou plaisent aux autres. Prenons le temps de réfléchir à tous ces sujets, afin de bien les comprendre et de bien les intégrer. Plus nous ferons nôtres ces principes et ces nouveaux repères, plus il sera facile de les vivre au quotidien, sans frustration et sans gêne, mais au contraire avec beaucoup de conviction et de générosité. Et surtout, votre humilité et beauté intérieure rejaillira forcément de façon extérieure, et à travers vos vêtements, même si cela se fera peut-être de façon maladroite au début. Suivre “bêtement” des principes auxquels on ne croit qu’à moitié peut être frustrant et destructeur. Faisons les choses petit à petit, pour construire de solides fondations !

Une fois que vous serez réellement convaincue, et que vous aurez vraiment intégré les principes de la décence et de l’élégance vestimentaire, vous serez beaucoup plus apte à en parler avec votre époux, ou votre entourage de façon générale. De même, vous serez beaucoup plus épanouie et libre par rapport à ces choix dont vous assumerez pleinement les conséquences au quotidien. Ces conversations peuvent être aussi l’occasion de faire comprendre certaines choses à ceux qui n’auraient pas fait le même cheminement que vous. Dans le monde actuel, il n’est pas toujours facile de comprendre l’importance de la modestie vestimentaire, alors il peut être nécessaire d’apprendre aux uns et aux autres à voir les choses autrement et à prendre conscience de la beauté et de la nécessité de la pudeur et de l’élégance. Si vous changez radicalement de garde-robe du jour au lendemain, il est normal que vous ayez besoin de temps pour intégrer ces changements, et votre époux aussi. C’est tout à fait compréhensible et cela ne doit pas vous étonner ni vous effrayer.

Lorsque l’on décide de ne plus porter de pantalon, ou de se séparer de ses jupes et robes trop courtes, on se trouve parfois très démunie, ne sachant plus trop comment faire, quelle jupe associer avec quel pull, quelles chaussures porter avec une robe midi, et comment faire pour…ne pas ressembler à une “bonne sœur” 😉 Car non, modestie et décence ne sont pas des synonymes d’austère, sombre, insipide ou informe. On peut s’habiller de façon décente tout en étant belle, rayonnante, élégante, lumineuse, moderne, mise en valeur ! Il est normal, au début, de chercher son style et de tâtonner un peu. Si vous avez besoin d’aide, vous pouvez prendre rendez-vous avec une conseillère en image, qui saura vous expliquer votre morphologie, et vous dire quelles sont les coupes et les couleurs qui vous iront bien. C’est un excellent moyen de prendre confiance en vous et de trouver un style qui vous correspond vraiment.

Une autre solution pourrait être de choisir vos tenues avec votre mari. Quelles sont les couleurs qu’il aime le plus (unies, imprimés…) ? Y a-t-il des coupes rédhibitoires pour lui (jupes plissées par exemple, ou cols claudine) ? En essayant de comprendre ses goûts et ses envies, vous pourrez vous rapprocher au mieux de ce qu’il aime, tout en portant des choses que vous aimez, qui mettent en valeur votre silhouette et qui respectent votre dignité de fille de Dieu. Lorsque l’on est convaincue de ses choix, que l’on est bien dans ses baskets (avec un style qui nous met en valeur) et qu’on laisse sa beauté intérieure jaillir à l’extérieur, alors il est tout naturel d’être rayonnante, lumineuse et….attirante ! C’est tout ce que je vous souhaite en tout cas 🙂

Si vous avez été confrontée à ce genre de difficultés, n’hésitez pas à témoigner en commentaire. Vous pouvez également ajouter vos idées pour compléter cet article. Merci d’avance !

Ces articles peuvent également vous intéresser : Maman : un métier pour lequel il faut bien s’habiller ! et Comment définir facilement son propre style ?

Crédit photo : Pexels.

28 réflexions sur “Comment faire si votre mari n’aime pas votre façon (modeste) de vous habiller ?

  1. Julie dit :

    Bonjour Thérèse, je trouve que cet article résonne avec le podcast que vous avez fait sur les moqueries : la plupart des hommes (catholiques, respectueux des femmes, attachés aux bonnes mœurs) que je connais (y compris mon frère qui travaille dans la même entreprise que vous et voit bien qui vous êtes) ont un souci avec les tenues trop modestes pas parce qu’ils trouvent qu’elles sont sujets de moqueries, mais parce qu’elles ne sont pas belles et ne mettent pas les femmes en valeur. Le mot qui revient le plus souvent est « dommage ». « Dommage, elle serait tellement plus jolie si elle ne s’habillait pas comme une Amish… » Et autres variations du même genre.
    Alors pour ma part, je ne mets plus de jupes qui remontent au-dessus du genou, mais je n’en mets pas non plus qui descendent trop en-dessous. Les jupes mi-mollets sont épouvantables sur moi.
    Et de même, je couvre mes épaules et mes bras, mais je continue à porter des décolletés.
    Je vis à Paris depuis 15 ans, et pas que dans des quartiers sympas, mais je n’ai JAMAIS reçu de commentaire déplacé ni été harcelée. Uniquement des compliments polis.
    Donc je pense vraiment qu’on peut être « suffisamment modeste » sans l’être intégralement…
    Après, il y a effectivement une question de morphologie très importante : les personnes dont la structure est cercle porteront bien les longueurs mi-mollet, qui désavantagent les structures losange et ligne, comme l’explique Bénédicte Delvolvé.

    • Thérèse dit :

      Bonjour Julie, je suis d’accord que certaines femmes ont des tenues décentes mais qui manquent d’élégance, et c’est justement tout l’objet de ce blog : montrer que l’on peut être décente tout en étant jolie, moderne, etc. Quand on sait mettre en valeur sa silhouette, il n’y a aucune raison de se sentir mal dans sa peau ou de “faire fuir” les hommes, au contraire. Les hommes de valeur savent apprécier les femmes qui prennent soin d’elles, sont jolies, et en même temps sont respectables. Ce n’est pas parce qu’on porte du long que l’on doit arborer des décolletés, et ce n’est pas parce qu’on se couvre en haut que l’on doit raccourcir ses jupes ! L’équilibre est possible, et permet de respecter la décence, nos goûts et ceux de notre mari si l’on est mariée 🙂

  2. Jeanne83 dit :

    Bonjour, heureusement mon mari n est pas ds ce là. Cependant, beaucoup d hommes détestent la longueur mi-mollet qui ne va qu à des femmes minces ou avec des talons. Mieux vaut juste au genou ou carrément à la cheville avec des jupes/robes fluides. Ensuite éviter ce qui fait « pensionnaire ou postulante », c est-à-dire jupe plissée, veste ou jupe bleu marine, chemisier avec col etc.. privilégier des looks colorés. Par exemple, mon mari aime la couleur, les cheveux lâchés, un maquillage raisonnable, les bijoux, jupes et robes fluides et déteste le look « pensionnaire », jupe écossaise et tout ce qui s en rapproche. Maintenant dès que j achète une tenue, je lui demande ce qu il en pense et je la rend, s il n aime pas. Je pense vraiment qu elle doit discuter avec son mari de comment il aimerait la voir si habiller et ce qu il déteste. Par exemple regarder avec lui des looks sur Pinterest pour se donner des idées. en union de prières , en espérant que tous eux seront éclairés. Il est en tout cas plus sain, qu il lui ai avoué ce qu il n aime pas, plutôt que de ne rien dire et de se détourner d elle.

  3. Jeanne83 dit :

    Je précise ma pensée, les hommes n aiment pas les femmes qui ont l air strict. Et tous apprécient les robes rouges, quelque soit la longueur. La couleur rouge plaît toujours.

  4. Hanna dit :

    Bonjour,

    Certaines femmes m’ont également posée cette question.
    Tout ce qu’a dit Thérèse est juste. Je vais simplement poursuivre et développer sa conclusion car la solution s’y trouve.

    Si vous n’avez pas encore trouvé votre « tenue qui met en joie », alors de fait, vous n’êtes pas joyeuse/pétillante/rayonnante… et donc de fait, cela ne plait pas à votre mari. Ce qu’il n’aime pas c’est votre non-épanouissement, et non les vêtements.
    La majorité des hommes (dont mon mari !) seraient incapables de dire dans quels vêtements sont parties leurs épouses le matin-même. Par contre, ils se souviennent si elles étaient de bonne ou de mauvaise humeur.

    Dans le trio décence-élégance-féminité, il y a beaucoup de variations possibles : catho beige (je caricature), enfantin, artiste (couleur vives), strict-professoral, salve, nordique (minimaliste blanc), conservateur (tailleur en laine), bcbg, preppy, flamenco, etc.
    Dans un premier temps distinguez si vous préférez les jupes droites ou évasés. Rien que cette différence permet d’avancer.
    Rassurez-vous : vous trouverez votre style spécifique 🙂

    Ammicalement,
    Hanna

  5. Amaëlle dit :

    C’est une question intéressante. Nous sommes toutes concernées, mariées ou non, par le fait de nous sentir bien et de donner une image plaisante ; mais plaire à son mari est effectivement un point crucial et personnellement je raccourcirais légèrement mes jupes si cela lui plaisait plus (au moins le temps de trouver son style). Opter pour des jupes carrément longues peut être une bonne solution, c’est plus facile, en veillant à une allure dans l’air du temps. Les chaussures sont certainement d’une grande importance ; pour ma part en hiver je ne porte que des bottes avec un peu de talon car mes tenues avec d’autres chaussures seraient décalées.
    Et comme ce n’est pas forcément facile d’emmener Monsieur dans les magasins (enfin chez moi !), sélectionnez une série de photos de tenues que vous aimez et demandez lui lesquelles lui plaisent. Enfin, je crois que Thérèse sera d’accord pour dire qu’en matière de mode, c’est surtout une question d’équilibre entre les pièces d’une tenue (accessoires compris).

  6. LOU dit :

    Très intéressant, c’est un peu comme les jeunes femmes ou jeunes hommes qui pensent que celles qui s’habillent avec décence ne trouveront jamais l’homme de leur vie. Et ce n’est pas sans raison.

    Les efforts autour de la décence sont trop souvent à sens unique de nos jours… Le regard est quelque chose qui s’éduque, se construit et se nourrit. On n’est pas responsable de la société dans laquelle on vit, mais du regard que l’on pose sur elle et de ce qu’on en fait, si. Or, on demande souvent aux femmes des efforts vestimentaire, et je suis tout à fait d’accord avec ça, c’est nécessaire et cela joue un grand rôle dans la société. Mais on demande trop peu aux hommes de réfléchir à leur regard, et à leurs réflexions parfois désobligeantes.

    Or, ce regard est déformé depuis la plus tendre enfance par les publicités, les films, les modèles que nous prenons autour de nous. J’ai déjà entendu des réflexions de la part d’hommes, comme « la jupe doit être assez longue pour ne pas être vulgaire, mais suffisamment courte pour rester intéressante » … mais se posent-ils la question de pourquoi une jupe courte est « intéressante » , a quel niveau, et si ce désir est légitime ?
    Et quand ils trouvent telle jupe laide ou « mémère », se demandent-ils si ce n’est pas eux qui ont un problème de déformation du goût et de l’esthétique ?

    Je me souviens très bien de mon adolescence, où pantalon et jupe juste au dessus du genoux étaient mon quotidien. Je n’y voyais aucun mal, et je trouvais que les jupes longues, particulièrement celles mi-mollet, étaient très laides et donnait un style vieux jeu, mémé ou niais. Sauf qu’un jour je me suis retrouvée 3 semaines avec des jeunes catholiques, et les filles ne s’habillaient qu’en jupe midi ou longues. Et, à ma grande surprise, en revenant à la vie « normale », ce fut les jupes courtes et les pantalons qui me choquèrent. La vérité c’est qu’on s’habitue à tout, même au plus choquant.

    En revenant de ce camp, j’ai commencé à réfléchir, à mettre des jupes tout les jours. Au fil des années et des discussions avec des amies, des prêtres, … tout doucement, j’ai adopté des jupes et robes de plus en plus longues. J’ai remarqué que cette évolution se faisait en accord avec ma vie intérieure, mon rapport à Dieu. Et, même esthétiquement, aujourd’hui, je ne supporte plus les jupes que je mettais au début.

    Tout ça pour dire que si la beauté et la décence ont une part d’objectivité, il ne faut pas négliger la part subjective, qui nécessite un travail sur soi et une éducation du regard. Car un regard pur n’est pas inné, ou du moins, si la pudeur et la pureté sont bien des tendances innées du cœur humain, ces vertus sont très vites malmenées par les conséquences du péché originel : concupiscence, intempérance, envie, convoitise, vanité … La vraie liberté, la véritable beauté, se conquièrent au fil des combats intérieurs, chez les femmes comme les chez les hommes.

    Le problème lorsqu’on a fondé son mariage dans une eau trouble, puis que l’on évolue vers plus de vertu et de vérité, c’est que souvent on se heurte à l’incompréhension de l’autre, qui n’a pas forcément évolué dans ce sens. C’est un véritable déchirement, qui d’ailleurs peut se faire sur plein d’autres critères que le vêtement (les convictions, baptême de l’un mais pas de l’autre, façon d’éduquer les enfants, …) et je comprend tout à fait que ce soit tentant d’abandonner ces choix qui creusent un fossé entre les conjoints. Il y a plusieurs manières d’agir dans cette situation, et je pense que chacun doit trouver la solution particulière à son problème qui est toujours particulier. Cependant, je pense aussi qu’il y a des fausses solutions, comme celle du compromis. La patience, la douceur, la miséricorde, la bienveillance, la communication, l’écoute de l’autre, oui. Mais le compromis n’amène le plus souvent qu’à baisser l’idéal de celui qui veut être plus vertueux, sans faire vraiment bouger les choses du côté du conjoint moins réceptif. Si c’est un « palier » honnête, d’accord, chacun progresse à son rythme. Mais si c’est je change ça, mais je garde cette habitude malhonnête (par exemple : je met des hauts irréprochables, mais je garde mes mini-jupes) pour ne pas choquer, je ne pense pas que ce soit une bonne chose, même si ça peut marcher de temps en temps… Et puis, tout ces changements sont d’abord une question de vie intérieure, spirituelle et intellectuelle, c’est pourquoi il me semble que rien ne bougera fondamentalement tant qu’on aura pas mis au centre de ces questions, Dieu, la prière et la discussion sur les principes de nos actions. Et bien sûr, je pense qu’il faut se munir de bons exemples si on en trouve autour de nous, et pourquoi pas, comme dis plus haut, montrer des photos pinterest et discuter de ses goûts, tout ça avec le plus de tact possible.

    Enfin, je crois qu’il ne faut pas oublier que s’il y a des hommes qui critiquent la vertu, il y en a d’autres qui admirent et louent les femmes qui font cet effort nécessaire de civilisation. J’ai beaucoup de témoignages de convertis, de jeunes hommes, et même de prêtres qui sont dans cet état d’esprit. Les premiers, pour beaucoup d’entre eux, sont très clairs : l’habillement et le comportement des jeunes femmes catholiques qu’ils ont côtoyées est pour beaucoup dans leur conversion. Ils ont senti, que ce vêtement, qui paraît austère à d’autres, parfois à eux-mêmes au début, est en réalité le symbole du respect que l’on porte à la femme, à la vie et à sa transmission, que cette dernière soit physique ou spirituelle. Notre vêtement est un témoignage silencieux mais très marquant. Les jeunes catholiques un peu convaincus et sérieux admettent volontiers que c’est une preuve de personnalité, surtout aujourd’hui, que d’oser s’habiller ainsi. Cela suscite donc l’admiration, le respect. Les prêtres sont immensément reconnaissants aux femmes qui font cet effort, pour toutes les raisons déjà évoquées, mais aussi pour l’apaisement des passions que produit le vêtement beau et modeste, passions qui sont déréglées chez tous les êtres humains depuis le péché originel. Et tous remercient ces femmes pour la simplicité retrouvée dans les contacts avec elles, sans ambiguïtés, dans un respect qui est le fondement d’une saine affection mutuelle, et… de l’amour !

    Je pense que beaucoup de gens (et je ne les blâme pas, j’en ais fait partie !) se réfugient derrière la phrase « ça fait mémé » pour ne pas remettre en question soit leur manière de s’habiller, soit leur regard sur le vêtement féminin.

    Quelque part, la honte doit changer de camp, et surtout la fierté doit revenir parmi les hommes et les femmes qui font le choix courageux de suivre Dieu et sa vertu, et non le monde et ses illusions. Mais c’est un travail commun, et pas le seul labeur des femmes. Là est peut être le problème, on réduit la question de la modestie au vêtement féminin. Or l’éducation du regard et la garde du cœur sont au moins aussi importants, sinon plus !

    Voila, ça paraît peut être exigeant et difficile, mais dans le fond, si on aime vraiment, on trouve toujours les mots et les solutions, même si on fait des erreurs, même si ça peut prendre du temps. De toute façon, une vie de compromis, de semi-mensonges, une vie où l’on est perpétuellement assis entre deux chaises, c’est une vie tiraillée, ou molle et sans âme. Qui a envie de ça ? Des légions de saints et de saintes, et même de simples personnes connues ou inconnues, ont vécu de ces principes, ont supporté avec courage des déchirements similaires, ou plus grands encore. Ils ont ouvert des voies au travers des épreuves, ils ont trouvé la paix dans leur combat parce qu’ils ont été fidèles aux principes immuables, et il en sera toujours ainsi. Ils ont subit les moqueries des inconnus, de la famille, des amis, de leurs conjoints, … mais ils n’ont pas lâché, parce que Dieu a toujours raison. Il faut juste trouver, dans la charité, le moyen de rendre la vertu aimable, parce qu’il n’y a rien de plus vrai que de dire qu’elle est aimable.

    J’espère que personne ne se sentira blessé ou visé intentionnellement, car ce n’est pas le but de mon commentaire. J’aimerai juste qu’on y réfléchisse à deux fois avant de dire « une telle est habillée comme un sac », car il y a parfois une véritable persécution des femmes qui veulent être modestes, et je trouve cela profondément injuste, quand bien même leurs goûts ne seraient pas les meilleurs.

    • Thérèse dit :

      Merci Lou pour ce commentaire complet et plein de justesse ! Nous avons eu un peu le même parcours en ce qui concerne la longueur des jupes, donc je vous rejoins totalement là-dessus. J’ajouterai juste une précision à votre commentaire : l’éducation du regard et l’éducation au beau et au bien concerne les hommes mais aussi les femmes ! A nous de nous détacher de ces modèles vulgaires, sexy ou “justes” que l’on voit tout le temps, et de nous habituer à des choses franchement vertueuses et qui restent belles 🙂

  7. Maureen dit :

    Et comment faire quand notre mari n’approuve pas certains de nos vêtements, non parce qu’ils seraient « trop » modestes selon lui, mais parce qu’ils ne les juge pas assez modestes ? C’est ce que je vis parfois avec mon mari. Sur certains points de détail, nous n’avons pas tout à fait les mêmes critères, nous interprétons différemment les principes de modestie vestimentaire.
    Par exemple, je me permets certains décolletés un peu limite (ils cachent la poitrine mais on peut voir facilement si je me penche un peu) pour aller en cours à la fac car il n’y a que des filles dans ma promo donc je sais que ça ne sera pas source de tentation et de plus, je ferai attention si je dois me pencher (en mettant la main sur ma poitrine). Mais mon mari m’a demandé (gentiment mais en tant qu’ordre de sa part) de ne pas reporter ce haut pour sortir, même à la fac, malgré les explications que je lui ai données.
    Ou encore, je préfère mettre un pantalon pour certaines randonnées (toujours un pantalon assez ample et avec un haut couvrant le haut des cuisses) et mon mari juge qu’il n’y en a pas besoin pour certaines de ces randos et veut décider lui-même si j’aurai besoin ou non d’un pantalon pour nos randos (j’ai fini par obtenir qu’il me laisse juger moi-même mais c’était très difficile).
    Ou alors, il trouve qu’une des jupes que je porte, qui couvre pourtant les genoux (même assise), n’est pas assez longue. Et je ne comprends pas car j’ai d’autres jupes, selon moi de la même longueur, pour lesquelles il ne voit pas de problème.
    Je trouve très difficile de devoir ne pas porter certains vêtements que je juge corrects par obéissance à mon mari et non par conviction personnelle. Même s’il me le demande gentiment maintenant, je trouve que c’est difficile de me sentir vraiment épanouie si je ne peux pas choisir entièrement mon habillement selon mon propre jugement et ne pas assumer personnellement tous mes choix vestimentaires. Je trouve que mon mari va un peu trop loin en utilisant son autorité de chef de famille pour me demander ces choses et je me demande s’il en a vraiment le droit (même si je sais qu’il le fait par amour).
    Aussi, je trouve cela un peu humiliant et un peu injuste car mes belles-soeurs me prennent un peu pour une référence de modestie inatteignable (et je sens parfois un peu de mépris peut-être inconscient parfois chez elles pour certaines tenues) et pourtant, je n’en fais pas assez selon mon mari (il essaie d’être plus positif maintenant, cela dit) alors que j’aimerais mieux sentir son admiration et aussi, qu’il me fasse entièrement confiance dans ce domaine qui reste plus spécifiquement féminin, même si mes critères sont légèrement différents des siens.
    Je suis désolée pour ce commentaire un peu personnel et intime mais j’aurais vraiment besoin d’aide pour trouver comment réagir, agir et m’épanouir dans cette situation. Je précise qu’en général, j’ai beaucoup de mal à comprendre la soumission de la femme quand elle ne concerne pas la famille en général mais spécifiquement l’épouse. Où sont les limites ? Comment prouver que ce sont des limites ?
    J’écris sous un pseudo donc la confidentialité de toutes les personnes concernées est sauvegardée.

  8. Clotilde dit :

    Chère Maureen,
    Je comprends très bien votre sentiment. C’est parfois difficile d’avoir des commentaires “négatifs” de la part de son mari. Voici quelques conseils, tirés de mon expérience personnelle. Je suis mariée et maman de 3 enfants. J’espère qu’ils vous aideront. 😊
    Premièrement : même si cela vous déplaît et vous blesse, faites ce qu’il vous dit. Non pas par obéissance servile, mais pour un but à long terme. Je m’explique : plus vous obéirez à votre mari “sans discuter”, y compris sur des choses où son autorité vous paraît moins légitime que pour d’autres (tenues vestimentaires, amies personnelles…), plus il vous fera confiance. C’est de la simple psychologie masculine : plus vous “appuyez” son pouvoir, plus il lui sera facile de vous le “déléguer” ensuite. Ce processus peut prendre un peu de temps mais vous y serez tous les deux gagnants : votre confiance mutuelle s’accroîtra grandement.

    Deuxièmement : dites lui carrément vos sentiments, sans aucune colère ou animosité. Et dites les bien en votre nom propre : par exemple, dites bien : “je me sens blessée quand tu me dis que je ne m’habille pas décemment” ou “j’aimerais que tu me fasses confiance” et surtout pas “TU me blesses en disant cela” ou “TU ne me fais pas confiance alors que j’aimerais”.

    Troisièmement : son regard et son approbation devraient être votre critère, à condition bien sûr que ça n’offense pas Dieu. Si vous êtes tous les deux animés de la même foi, alors pourquoi ne pas lui faire confiance ? C’est le regard d’un homme, et d’un homme aimant. Vous habiller en fonction de ses goûts et non de l’environnement que vous allez fréquenter sans lui est plus important vous ne pensez pas ? De plus, si vous vous conformez un tant soit peu à ses exigences, c’est une façon de porter témoignage à votre couple/famille une fois que vous en sortez, non ?

    Quatrièmement : pour ce qui est de vos rapports avec votre famille, malheureusement on n’y peut pas grand chose. Je ne peux que vous conseiller de prier et surtout de répondre au “mal par le bien”, au mépris par la gentillesse, à la désapprobation par le sourire… Si ces personnes vous voient épanouies, peut-être rentreront elles en elles-mêmes. Sinon, à défaut de changer les choses, vous acquérez des mérites. Ce n’est pas tangible donc peu gratifiant dans l’immédiat, mais c’est encore bien plus important que les meilleurs rapports familiaux.

    Enfin, pour ce qui est de l’autorité du mari sur sa femme, je vous conseille de relire la lettre de St Louis à sa fille Isabelle (Thérèse a fait un article sur ce sujet) : nous devons obéir à notre mari “comme l’Eglise obéit au Christ”, c’est beaucoup ! Évidemment, nos maris ne sont pas Jésus, donc à nous de déterminer si ses exigences sont de l’abus ou non (nous avons une intelligence, un jugement, un libre arbitre, des principes moraux ; nous ne sommes pas “d’éternelles mineures”). Cela dit, d’expérience, autant ne pas empoisonner la vie de famille et de couple quand un ordre nous paraît excessif et se récrier. Autant obéir, et ensuite, quand son mari est à l’écoute, lui faire remarquer gentiment qu’il est allé un peu loin.
    Comme dit St Paul : “dans le mariage, le corps de l’homme ne lui appartient plus mais il appartient à sa femme ; de même le corps de la femme ne lui appartient plus mais il appartient à son mari”. Et : “la femme cherche à plaire à son mari, le mari à sa femme”. Donc oui, l’homme a le droit d’exiger une certaine tenue de sa femme (et vice versa). Le but est bien de plaire à son mari, pas à soi même par vanité.
    Voilà, j’espère n’avoir pas été moralisatrice 😉
    Par message, il est difficile de mettre du ton sur ce qu’on dit, et je ne voulais pas “polluer” ma réponse avec une myriade de smileys 😅
    Ultime conseil : la prière, la prière, la prière. C’est vraiment le meilleur refuge. Et accepter qu’il y ait et qu’il y aura toujours des injustices, même minimes, dans tous les couples, même les plus aimants.

  9. Ada dit :

    Bonjour Maureen, je suis également mariée et maman de 2 enfants. Certes, je trouve que c’est important de vouloir plaire à son mari et à sa femme et de faire en conséquence des concessions. Toutefois, sans vouloir vous blesser, je trouve que le comportement de votre mari est abusif en ce qui concerne votre tenue vestimentaire. Vous êtes vous même la meilleure juge de vos tenues vestimentaires et de leur degré de « décence”. Il est très important de se sentir épanouie et radieuse dans ses vêtements afin notamment d’être charitable avec les autres. Enfin, j’ai beau lire tous les textes, mais je ne vois pas en quoi il est normal à un mari de donner un ordre à sa femme en lui interdisant de porter un vêtement parfaitement décent ou en bannissant les pantalons pendant une randonnée…Sans vouloir vous blesser, je vous conseillerais de vous tourner avec vos interrogations vers un spécialiste extérieur tel qu’un conseiller conjugal ou un psychologue. Bien à vous, Ada

  10. Anonima dit :

    Bonjour,

    Dans son témoignage, dans l article, cette dame dit être partagée entre la décence et plaire à son mari mais d’après ce qu’elle explique, son mari lui a simplement dit ne pas aimer les robes/jupes mi-mollet. Ce que je comprends c est que le problème de son mari n est donc pas la décence. Je me dis d’ailleurs elle ne doit pas beaucoup aimer ce style non plus puisqu elle ne se sent pas bien dedans.

    Le mieux pour elle serait donc qu elle change de style. Je rejoins pour cela les conseils de Jeanne83. Cela dit, ce n’est pas facile de trouver son style définitif.

    Bon courage à elle.En udp.

  11. Emma dit :

    Bonsoir mesdames,
    Merci beaucoup pour cet article et ces échanges très riches en commentaires.
    Je me demandais s’il serait possible de réaliser un podcast en ce sens : un adressé aux hommes, qui expliquerait pourquoi certaines femmes font le choix d’être modeste. Mon fiancé et moi sommes très jeunes et je sens bien qu’il est parfois surpris ou décontenancé par ma façon de m’habiller. J’assume mes habits qui sont en accords avec ma foi mais parfois je suis saisie de crainte à l’idée qu’il trouve les autres jeunes filles plus attirantes… C’est un vaste sujet !
    Merci pour tout ce que vous faites, vous êtes un phare dans la nuit.
    Que Dieu vous bénisse toutes ainsi que vos familles.
    Amicalement.

  12. Julie dit :

    Bonjour,
    Je me pose une question…est-ce que le nœud du problème ce n’est pas la jupe midi ? Dans mon entourage les hommes de ma famille ont été unanime: c’est moche. Point.
    Je rejoins les commentaires plus haut: la jupe midi est belle sur les femmes grandes et mince (kate Middleton 1m75 et taille 34 !) ou sur les photos Instagram (photos de shooting donc très travaillées).
    Pour ma part je mesure 1m60 (moyenne des françaises) et je mets du 38. Lorsque je porte une jupe midi avec de petites chaussures plates cela n’est ni beau, ni laid mais dérangeant. En effet, j’ai l’air déguisée. Selon la matière de la jupe cela donne: paysanne d’autrefois qui part au champs, lycéenne d’un établissement privée, femme d’affaire rigide, déguisement de princesse.
    Cela attire le regard dans la rue car c’est incongrue.
    Les bonnes-manières évolues. Le style aussi…or, la modes des jupes midi est passées. En effet, la jupe midi n’est pas un intemporel. C’était une jupe à la mode grâce à Audrey Hepburn.
    Quand on est petite la jupe maxi aux chevilles est la seule solution.
    Il faut regarder les looks de SHIRINATRA ou JULIA BEROLZHEIMER avec un esprit critique: on se rends bien compte que cela fait déguisement. Personne ne peux passer une journée normale (travail, métro, bébé) dans de tels tenues. N’oublions pas qu’Instagram est leurs métiers, elles touchent un revenu pour VENDRE leur image. Julia porte des jeans, des pantalons…une fois la photo « femme modèle décente » prise cela ne m’étonnerais pas quelle saute dans un jeans pour profiter de la vie.
    Habillez-vous de votre plus beau sourire, mesdames, cela est bien suffisant.

    • Thérèse dit :

      Je ne suis absolument pas d’accord, les robes midi ou longues peuvent aller à tout le monde, mais il faut évidemment trouver des modèles qui correspondent à notre silhouette et à notre morphologie, c’est tout ! Et pour ce qui est du côté pratique, j’ai passé la journée d’hier avec des enfants en bas âge, en robe jusqu’aux chevilles ; aujourd’hui j’ai vidé des bennes de bois en robe qui m’arrivait à mi-mollet et je n’ai rencontré aucun problème. Il faut avoir le style adapté, un tissu qui ne craint pas, les bonnes chaussures, etc, ce sont plusieurs paramètres à prendre en compte mais on ne peut pas mettre la faute sur le compte des jupes et robes midi. Oui, je fais tout en robe et en jupe et je suis à la montagne, je n’ai jamais eu de problème et je ne fais pas semblant juste pour Instagram 😉 Les jupes Midi ne sont pas du tout passées de mode, on en trouve partout…

  13. PAST dit :

    Le problème vient du côté recette miracle. Vous et Mme GAS affirmez qu’à partir du moment où l’on s’habille avec décence le regard des hommes change, on est plus épanoui. En réalité, une femme peut-être bien plus épanouis dans sa vie sans penser aux vêtements en mettant tous les jours un jeans et un t-shirt blanc. De plus, les hommes même de valeurs ne vont pas forcément apprécier les jupes midis, les cols claudine ou l’imprimé florales: qui il faut le dire vieillisse.

    • Thérèse dit :

      Il n’y a aucune recette miracle 🙂 Mais ces témoignages concordent pour dire que lorsque l’on trouve son style et que l’on est féminine, élégante, et décente, on devient rayonnante, mais d’une façon toute particulière qui engendre un grand respect de la part de l’entourage. Bien entendu, il faut que cela corresponde à notre personnalité, que ce style mette aussi en valeur notre silhouette, que les couleurs choisies nous illuminent, et que l’élégance extérieure puise sa source dans toute la richesse de notre âme. Pour certaines, le chemin prend des années, pour d’autres il est plus rapide. Aucun miracle, juste des observations pragmatiques. Et il est bien normal que toutes n’aient pas la même expérience 🙂

  14. Ada dit :

    Bonjour, à titre personnel, je ne partage pas vraiment le point de vue sur la modestie vestimentaire (telle qu’elle décrite sur le site). Je respecte néanmoins votre point de vue et lis avec intérêt les articles étant une passionnée des vêtements. Je porte énormément des jupes et robes longues et je suis d’accord avec l’auteur qu’on peut tout à fait rester jolie, attirante et confortable en les portant. Pour rester attirante et belle en les portant voici mes astuces: 1) on n’est absolument pas obligée de suivre la mode mais si on a du mal à avoir des idées et ne veut pas paraître “coincée”, c’est bien de suivre, par ex, des magazines de mode en choisissant uniquement les vêtements adaptés; 2) éviter les magasins qui visent la clientèle plus âgée comme, par exemple, Jacqueline riu ou Burton, ou très très classiques comme Caroll. Préférer plutôt marqués plus jeunes comme Sezane, Balzac Paris , Sessun, Soeur, Léon et Harper. Atelier de Camille etc…ces marques sont chers mais on peut acheter leurs vêtements d’occasion ou alors se tourner vers les marques de ce style mais moins cher ( comme Grâce et Mika); 3) attention aux chaussures: les escarpins doivent avoir une forme moderne, les ballerines également ( une ballerine tout simple plat n’est pas très mode), mocassins tendance, baskets pour être modernes, jolies bottes ou même cuissardes en hiver au lieu des bottines basses qui coupent la jambe; 4) attention aux accessoires: pas de boucles d oreilles ou sautoirs cheap vieillots; 5) toujours ajouter une touche “mode moderne “: baskets ou petit sac style croco ou belles grosse ceinture (regardez les ceintures style Sezane) ou même un béret ou chapeau ou chouchou qui fait le come back; 6) mettre ses atouts en valeur en choisissant une belle couleur qui vous va, en ceinturant la taille si cela vous va, en mettant des belles boucles longues si vous avez un cou long etc….et un peu de maquillage par exemple une bouche rouge (mais alors sans trop maquiller les yeux); 7) choisir les matières modernes: jean, velours côtelé, cuir, pulls en mohair; 8) jouer avec la mode : il y a tellement des choses belles et féminines qui sont revenues à la mode – barrettes et autres accessoires cheveux, jupes plissées, imprimés fleuris rétro, chaussures babies, bérets, pois, ceintures avec grosse boucle, petites mailles ajourés et brodés, blouses aériennes un peu bohème, cols roulés à porter sous une chemise etc….9) choisir une belle lingerie et tenues en nuit en belles matières ( et pas mémère comme Damart) pour plaire à soi même et à son mari; 10) oui aux tenues vintage ou un peu rétro comme liberty ou tartan mais dans ce cas là ajouter absolument quelque chose de moderne et un peu moderne à sa tenue: jupe en jean, blouson en cuir, baskets, bijou original et moderne, collants brodés style Gambettes box…de manière générale les jupes mi-mollet ou très longues sont justement le plus tendance en ce moment mais, en les choisissant belles c’est tellement facile de rester belles et féminines!! Il faut juste toujours veiller à choisir coupe et couleur adaptés et surtout rajouter une touche moderne et un peu décalé parfois

  15. Jeanne83 dit :

    Bonjour, j ai demandé conseil à mon mari concernant la dame de l article dont le mari n aime pas les jupes midis (cas 1) et le commentaire de Maureen (cas 2). Voici ce que mon mari a pensé de ces deux cas. Un regard masculin peut aider, puisque nous sommes beaucoup de femmes à commenter cet article:

    Cas 1/ son mari doit vraiment être à bout si il a attendu 1 an pour dire qu il n’aimait pas les jupes midi. Il doit en avoir plus que marre, ce qui pousse à être prudent et à essayer de trouver rapidement une solution afin qu il ne se détourne pas de sa femme et aille voir ailleurs !! Le mieux est de l emmener ds les magasins ou de lui montrer des photos pour comprendre ce qu il aime ou pas. Ceci pour vite acheter une tenue qui lui plaît et ranger au placard les jupes midi. Beaucoup de sites en ligne proposent la livraison et les retours gratuits, ça peut être utile à cause du confinement actuel !
    Cas 2/ Maureen: Afin de ne pas exploser, il faut trouver le bon moment pour qu elle dise à son mari sans s énerver qu elle souffre et se sent rabaissée quand il lui demande de changer de tenue même si celles-ci sont correctes. Il est important qu elle lui explique son ressenti sans tomber dans les accusations. Être chef de famille ne signifie pas régenter tous les détails de la vie, le principe de subsidiarité doit être respecté aussi dans la vie de famille. Entre époux, il faut savoir se faire confiance.

    En espérant que ces avis pourront aider, en union de prières.

  16. AT dit :

    Bonjour Emma, je me permets de répondre ici à votre commentaire, je n’arrive pas à le faire directement après votre commentaire du 04 avril.
    Vos interrogations à propos de votre fiancé m’ont tout de suite interpellée parce que je me suis retrouvée confrontée au même problème, il y a plus de 10 ans quand j’étais fiancée avec celui qui est mon mari maintenant. En fait, certains hommes (la grande majorité certainement même) ne comprennent pas l’immodestie de certains vêtements si on ne le leur a pas expliquée. L’explication de Lou (commentaire du 31 mars) est très vraie à ce sujet : le regard n’a pas été éduqué, la pudeur n’a pas été éduquée. Du coup, on ne voit plus le mal et on veut satisfaire ses sens.
    Alors, évidemment, je vous déconseille fortement de faire un cours magistral (qui s’apparenterait d’ailleurs plutôt à un sermon) à votre fiancé. Par contre, vous pouvez faire une application concrête : un jour, allez faire les boutiques ensembles. Acceptez d’essayer la tenue qui vous semblerai la plus immodeste et que lui souhaite vous voir porter. Je dis bien : essayer, pas acheter. Ensuite, avec cette tenue, faites quelques pas, n’hésitez pas à mettre en avant ce qui vous semble immodeste (décolleté, transparence, longueur de jupe, etc…) et, surtout, demandez-lui si son désir est que les autres hommes puissent voir ce que vous lui réservez à lui seul. Selon sa réponse, vous aurez matière à réflexion 😉
    Autre façon d’aborder le problème : il est possible que votre fiancé ne vous trouve pas assez féminine. Ou plutôt, que votre féminité ne transparaît pas assez extérieurement. Je vois bien plus souvent mon mari déplorer du manque de féminité d’une personne que de son attrait physique, je ne sais pas si je me fais bien comprendre. Peut-être pourriez-vous tout simplement réjouir le regard de votre fiancé en égayant vos tenues vestimentaires. En leur ajoutant un peu de fantaisie sans pour autant rendre les armes en ce qui concerne la décence. Si vous le voyez surpris un jour quant à la modestie de votre tenue, demandez-lui ce qui ne va pas, ce qu’il souhaiterait. Et voyez comment vous pouvez adapter ses souhaits avec vos choix. Le simple fait que vous en ayiez parlé à coeur ouvert avec lui le rassurera déjà beaucoup.
    Quand je me suis fiancée, j’avais des tenues vestimentaires assez austères en ce qui concerne les couleurs : je choisissais souvent du noir ou du marron, très pratiques car peu salissant (à mon idée). Mon fiancé avait le noir en horreur. Et en fait, il avait raison. J’ai commencé par bannir cette couleur de ma garde-robe. Ce qui m’a prit quand même plusieurs années, une garde-robe ne se modifie pas en un jour. J’ai introduit de la fantaisie dans les couleurs, les tissus, les formes, les chaussures, les accessoires. Toujours avec modestie et décence. Et un jour, il m’a remerciée. Il m’a remerciée de ne jamais avoir cédé sur la décence, sur la modestie, de ne jamais avoir voulu devenir une femme-objet comme notre monde veut que les femmes soient.
    Alors Emma, ne perdez pas courage et surtout, parlez, parlez avec votre fiancé. C’est maintenant qu’il faut le faire. Sachez que tout ce que vous aurez abordé et défini pendant vos fiançailles, tout cela sera le ciment de votre futur ménage.

  17. jeno dit :

    Une petite astuce toute simple qui peut être utile : il m’arrive parfois de racourcir de quelques centimètres des jupes midi un peu trop longues à mon goût, de sorte qu’elles arrivent juste un peu en dessous des genoux, parfois il suffit de pas grand chose comme ajustement pour que ça « passe » mieux !

  18. marypfc dit :

    Bonjour Maureen !
    Je ne vous connais pas, mais votre histoire me touche énormément… Je pense que vous devez être une femme extrêmement courageuse pour oser publier votre histoire ! Force à vous ! et sachez que quelque part en France, quelqu’un prie pour vous…

Laisser un commentaire