Est-il possible pour une maman d’allier travail et foyer ?

“Bonjour à toutes, pensez-vous qu’il est possible d’allier travail et foyer ? Avoir un travail à temps partiel par exemple ?”

Merci pour cette nouvelle question posée sur le canal Telegram de Femme à part. Je m’inspire des réponses des mamans ayant répondu en se basant sur leurs expériences pour écrire cet article ! Sur le blog et la chaîne YouTube, le sujet des mères au foyer a souvent été abordé. En effet, nous sommes dans une société qui a tendance à dénigrer ou dévaloriser ce rôle, considérant les femmes choisissant de rester au foyer comme des assistées, des paresseuses, des “femmes soumises”, des idiotes, ou des inconscientes (“que feras-tu si ton mari te quitte ?”). Il est donc crucial de redonner ses lettres de noblesse à la belle mission qu’accomplissent chaque jour les femmes au foyer, les encourager, les valoriser, mais aussi dire aux femmes qui hésitent à sauter le pas que c’est un choix possible, et qu’elles ne devraient pas craindre le regard de la société à ce sujet.

Je ne vais donc pas revenir en profondeur sur ce sujet ici (mais juste après je vous redonnerai une liste d’articles et de podcasts qui pourraient vous intéresser si vous souhaitez approfondir cette thématique). Je vais tâcher de répondre simplement à la question du jour. Je pense que la réflexion à avoir est : peut-on être mère au foyer et travailler en faisant ces deux choses correctement, sans négliger l’une ou l’autre (car tout le monde peut faire plein de choses en même temps, sans que ce soit gage de qualité, d’épanouissement, d’accomplissement du devoir d’état, etc) ?

D’un point de vue purement mathématiques, il sera plus facile, moins contraignant et moins fatigant de ne faire que l’un ou que l’autre, cela évitera bien des dépressions et burn-outs que l’on voit à l’heure actuelle dans tous les milieux. Maintenant, si vous avez financièrement ou psychologiquement besoin de travailler, il y a effectivement plusieurs solutions (à considérer selon votre situation et éventuellement celle de votre époux bien entendu). Choisir un emploi où vous serez la plupart du temps en télétravail par exemple, vous permettant d’être à la maison et de gérer votre emploi du temps de façon ingénieuses afin de pouvoir tout mener de front. Le travail à temps partiel est également une bonne solution si cela vous suffit au niveau financier. Enfin, vous pouvez aussi vous mettre à votre propre compte ou choisir une activité où vous choisissez le nombre d’heures de travail à fournir, où vous choisissez votre rythme (métiers artistiques, consultante dans tel ou tel domaine, création manuelle d’objets, de vêtements ou de bijoux…).

Je dirais qu’il est surtout important de considérer l’équilibre avantage / inconvénient de ce choix (si cela demande beaucoup d’organisation et de fatigue pour gagner des cacahuètes, cela vaut-il vraiment la peine ?). Il faudrait également prendre en compte l’entourage de la famille (ai-je un mari qui pourra m’aider et me soutenir ou part-il chaque année 9 mois en Opex ? ; ma famille est-elle suffisamment proche pour me donner un coup de main lorsque je me sentirai dépassée ?). Enfin, réfléchir à notre vocation et à ce que le bon Dieu attend de nous (vais-je apporter une touche spécifique au monde qui m’entoure en choisissant telle activité ? Vais-je pleinement pouvoir y épanouir ma féminité ou ce travail va-t-il être un poids au quotidien ?).

Nous sommes dans un société qui pousse les femmes à vouloir tout faire (“wonder woman”) ou les oblige à tout mener de front (explosion des divorces et des mères célibataires, ou salaire du mari insuffisant). Prenons le temps de réfléchir au mode de vie que nous voulons ou pouvons mener, en fonction de nos contraintes. Encore une fois, chaque situation est différente et parfois nous n’avons pas le choix, il s’agit juste de conseils généraux pour guider vos réflexions 🙂 Bon courage à toutes !

POUR ALLER PLUS LOIN :
Les mères au foyer sont traitées comme des bonnes à rien
Mère au foyer et heureuse, c’est possible !
Mamans, vous êtes précieuses !
La vocation de la femme au cœur du foyer
Pourquoi les femmes devraient rester au foyer
Mère au foyer : quelques idées pour se sentir moins seule
De l’importance pour les femmes de rester au foyer
Peut-on être mère au foyer et heureuse ?
Petit manuel de la femme au foyer

Crédit photo : Pexels.

Une réflexion sur “Est-il possible pour une maman d’allier travail et foyer ?

  1. Thérèse dit :

    Commentaire reçu par email : “J’ai vu passer un sondage demandant si on pouvait concilier vie professionnelle et vie privée. Pour moi, c’est très difficile. Cela fait utiliser deux parties du cerveau différentes. Je le pense VRAIMENT. Est ce pareil pour d’autres femmes? Il m’est déjà arrivée de faire de la peine à ma fille car j’étais concentrée sur mon travail. J’ai
    L’impression parfois que le travail a la capacité de me transformer (et pas en bien) en m’éloignant de ma fille. Ça m’est déjà arrivée d’être odieuse quand j’étais stressée par le travail. Et après de m’excuser.
    J’ai donc choisi d’arrêter dix ans de travailler car j’ai trouvé que c’était le mieux. Comme j’étais journaliste, j’ai préféré arrêter sinon ma file en aurait trop souffert. Je déjeunais avec ma fille le midi et j travaillais ses devoirs avec elle et franchement c’était top. Et même aujourd’hui, j’ai repris mais dans l’enseignement pour être sûre d’être dans le rythme à ses côtés.
    Durant ces 10 ans à être mère au foyer, je suis devenue de plus en plus croyante. J’ai beaucoup souffert par le passé et seul le chemin de Dieu est celui de la guérison et du bonheur. Par contre je reste persuadée que le rythme est essentiel. C’est pourquoi beaucoup de femmes sont enseignantes. Le métier de journaliste me manque mais tant pis, ma fille et ma famille avant tout ! Petite précision à mon témoignage : il n’est pas nécessaire d’avoir trois enfants pour arrêter de travailler. Un seul enfant suffit. Car chaque enfant est unique. Si vous avez trois enfant, chacun est un enfant unique et un seul justifie cet arrêt. Je l’ai fait parce que je voulais que ma fille et mon mari soient heureux. Et je vous assure que j’étais très occupée. J’ai subi énormément de moqueries de ma famille d’origine mais aujourd’hui je suis fière de mon’ chemin : ma fille a une véritable éducation catholique, elle sait dessiner, jouer de la musique, chanter et connaît les musées parisiens, elle lit et est une personne confiante en l’avenir. Elle est brillante. Je suis fière de ce chemin même si nous avons peu gagné financièrement, nous avons gagné énormément sur le plan personnel et spirituel ! “

Laisser un commentaire