Pourquoi tant de femmes se tournent-elles vers l’ésotérisme ?

Cet article a été écrit par une fidèle lectrice que je remercie chaleureusement.

Pour compléter cet article, je vous conseille d’écouter ce podcast sur les femmes et la sorcellerie.

Peut-être avez-vous remarqué le cristal posé sur le bureau de votre collègue, qu’une amie vous a fait part de sa nouvelle passion pour le Reiki, ou bien encore avez-vous reçu une publicité pour vous initier au tarot… C’est un fait ; alors que nous pensions vivre dans une société totalement déspiritualisée, des pratiques venues d’autres temps ou d’autres continents se sont fait une place dans la vie de notre entourage, en particulier chez ces dames.

L’attractivité des pratiques ésotériques
Tarot, yoga, feng shui, sincrétisme… il y en a pour tous les goûts !
Le terme « pratiques ésotériques » recouvre un large champ de domaines. Pour les sportives, on retrouve par exemple le yoga, très prisé par de nombreuses femmes pour son côté relaxant mais qui s’inscrit également dans une dimension religieuse indienne. Pour celles qui aiment la décoration d’intérieure, elles peuvent se tourner vers le feng shui, cette croyance chinoise qui permettrait de faire circuler les énergies dans sa maison…

Ces pratiques vont également du plus au moins spirituel ; dans un autre registre, le développement personnel peut également faire figure de « religion alternative » avec ses mantras et ses ouvrages cultes. Ainsi, quelle que soit la sensibilité de la personne, vous êtes sûr de trouver un discours y répondant, avec même parfois un brin de catholicisme en arrière-plan ! Il est également important de rappeler que, même si les praticiens exercent une activité ésotérique avec toute la bienveillance du monde, cela représente un réel danger sur le plan spirituel. En effet, on peut se demander d’où viennent les forces qu’ils manipulent, et quel impact cela a sur l’âme.

Un vide spirituel à combler
Il est évident que ce soudain élan vers des spiritualités alternatives répond à un besoin que nous avons tous et qui a été relégué à l’arrière-plan dans notre société contemporaine : le besoin de transcendance. La vie ne se réduirait-elle qu’à ce que nos cinq sens peuvent percevoir ? Se résume-t-elle à notre travail, nos divertissements, nos sorties ? Que se passe-t-il ensuite ?

Rares sont les personnes à ne jamais s’être posé ces questions : l’homme n’est en effet pas qu’un corps mais aussi une âme ! Et face à ce besoin, elles vont chercher à combler ce manque en ajoutant un peu de sacré dans un quotidien parfois un tantinet morne ou angoissant : lithothérapie pour avoir confiance en soi, loi de l’attraction pour se rassurer par rapport à l’avenir, reiki pour « nettoyer son énergie »…

Mais alors, on peut légitimement se poser la question suivante ; pourquoi, dans cette quête de spiritualité, ne pas se tourner vers la religion viscéralement attachée à la France, à savoir le catholicisme ? Le travail de laïcisation qui a été mené ces dernières années n’est pas étranger à tout cela : être catholique, c’est démodé ! Et puis, c’est trop contraignant, en plus, je n’ai pas envie de me lever le dimanche matin… Non, il doit bien y avoir autre chose…

Une spiritualité au rabais
Ces spiritualités alternatives sont extrêmement accommodantes pour des personnes cherchant une spiritualité au rabais ; il s’agit en général de pratiques faciles d’application et plaisantes qui ne servent qu’à nous rassurer momentanément. On peut les combiner avec une autre, ne les appliquer qu’à moitié… Pas de contraintes et pas d’engagement.

Un autre aspect à prendre en compte est la dimension mercantile : bien souvent, ce « bien-être spirituel » va reposer sur l’achat d’objets, et ce de façon plus ou moins régulière. Une nouvelle pierre, un bracelet énergétique, un banc de méditation ou encore une retraite au bout du monde… Ainsi, on se berce d’illusions en nappant notre consommation superflue d’un brin de divin.

Il suffit de taper « box spirituelle » dans son moteur de recherche pour constater qu’il s’agit d’un marché assez lucratif !

Pourquoi il faut revenir vers le catholicisme

La recherche de la vérité
Le catholicisme ne répond pas à l’injonction consumériste de notre société. Il n’y a rien à acheter (à moins que vous soyez passionnée de chapelets, comme c’est mon cas ! 😊) mais tout à gagner. Il ne s’agit pas non plus d’une solution « clé en main » remplie de vaines promesses, mais d’un véritable cheminement au travers duquel le croyant grandit chaque jour. Le catholicisme permet la plus grande grâce qui soit, à savoir s’adresser directement à Dieu.

La réponses à nos maux contemporains
Loin de moi l’idée de condamner fermement les personnes ayant recours à ces pratiques ésotériques. Ces dernières servent bien souvent de réponses à un mal-être, à ce manque de sens que l’on ressent lorsque l’on est coupé de Dieu. Ainsi, on va chercher à trouver de l’amour, à se rassurer, à se « purifier » par diverses méthodes… Chacun de nos besoins spirituels est comblé par la Foi. Dieu est Celui qui nous aime inconditionnellement, Celui qui nous pardonne et veille sur nous en toutes circonstances, Celui qui a le pouvoir de nettoyer notre âme et de nous éloigner du péché.

Alors oui, vous verrez passer des activités « tendances », plébiscitées par telle ou telle personnalité, des jolies babioles censées apporter paix et sérénité, des méthodes farfelues pour attirer la bonne fortune… Mais rappelez-vous toujours que la Vérité ne se monnaye pas, elle ne passe pas de mode, elle ne varie pas selon l’époque ou l’endroit. La Vérité est éternelle, et Elle vous attend ! 😉

Pour compléter cet article, je vous conseille d’écouter ce podcast sur les femmes et la sorcellerie.

Ces articles peuvent également vous intéresser : Une femme catholique peut-elle faire du yoga ? et Une femme catholique peut-elle se faire tatouer ?

Crédit photo : Pexels.

4 réflexions sur “Pourquoi tant de femmes se tournent-elles vers l’ésotérisme ?

  1. Cyrielle dit :

    Merci pour cet article qui m’a incité à faire du tri dans ma bibliothèque. J’ai jeté 3 livres traitant de développement personnel et de spiritualité chinoise. Je ne sais même pas pourquoi je les gardais car je ne lis plus ce type de livre. M’en voilà débarrassée, alors merci pour la piqûre de rappel! J’ai aussi découvert le Père Verlinde grâce à vous et cela m’a aidé à me détacher de tout ce qui est « new-age/développement personnel », et qui inclut souvent une dimension ésotérique. Ces pratiques sont banalisées de nos jours alors qu’elles sont tellement dangereuses.

  2. Sab dit :

    Bonjour en tant que musulmane je ne peux que vous apporter mon soutien. Il devient très courant de faire appel à ces pratiques ou objets alors qu’ils ne sont pas anodins pour les croyants. Le yoga notamment fait appel à des énergies voire autre chose pour ceux qui se renseignent un minimum. Attention Mesdames si vous êtes monothéistes à ne pas tomber dans le polythéisme et oublier la protection du Tout Puissant.

  3. Cyrille dit :

    Merci pour cet article et vos rappels si importants (je dirais même salutaires)! En le lisant, je pensais aussi au développement de la mentalité encourageant les femmes à « devenir des sorcières », à s’épanouir dans leur « féminité sacrée »… de manière plus ou moins naïve, mais en laissant souvent la porte ouverte au Malin.
    Je souhaiterais seulement préciser que, ayant eu des praticiens de médecine traditionnelle chinoise dans ma famille, je sais que toute la mentalité « énergétique » n’est pas à rejeter entièrement. Elle se passe à l’origine sur une philosophie vraiment saine, mais qui a malheureusement dérivé en grande partie vers l’ésotérisme au cours des siècles. Sans compter que le monde occidental ne comprend pas bien ce concept d’énergie, et en fait un peu n’importe quoi…
    Idem sans doute pour la litothérapie, dont Sainte Hildegarde parle.
    Au-delà des dangers de l’ésotérisme, il y a aussi celui de se créer une religion personnelle où une technique inoffensive prend la place de Dieu.

Laisser un commentaire