Peut-on rester au foyer si notre mari a un petit salaire ?

“En discutant avec un ami de la position de la femme dans la société ; Il me disait que si nous nous retrouvions à travailler aujourd’hui, ce n’était pas par choix mais que le coup de la vie nous y obligeait. Il me disait qu’il fallait que les deux partenaires gagnent au moins 2000 euros… Alors je lui ai répondu que je n’étais pas d’accord, que j’étais persuadée qu’un tas de choses étaient possibles et qu’il était question de foi aussi dans tout ça et de priorités. Que préférons-nous : apporter un confort matériel à nos enfants quitte à ce qu’ils souffrent d’une absence affective et de moins de temps pour une éducation de qualité ? Ou bien une réelle présence qui libère et renforce pour leur bien et le bien de la société ?” Voici les témoignages reçus des unes et des autres ! Chaque situation est différente, mais sachons aussi ne pas baisser les bras et nous inspirer de ces parcours.

“Nous vivons depuis notre mariage sur le salaire de mon mari (2100€). Ce n’est pas facile tous les jours, nous avons un mode de vie peu dispendieux (achats d’occasion uniquement, nourriture très simple, peu de sorties, vielles voitures) mais nous nous en sortons sans être malheureux. Par exemple nous faisons beaucoup de sorties gratuites (randos, expos etc) donc pas l’impression de se priver ! Avec l’arrivée de notre 1er enfant, nous avons un peu plus de dépenses et là, nous souhaiterions acheter une maison pour assurer un peu plus notre avenir. Je me suis donc mise à travailler de la maison (inenvisageable de confier mon bébé). J’ai également pour projet de commencer mon potager et un poulailler. Pour vous répondre en résumé : oui c’est possible de vivre sur un salaire ! Sans tomber dans les pièges de la société de consommation, c’est possible. En toute sincérité, je pense que le foyer gagne en sérénité et en apaisement quand la maman est présente. Je n’imagine même pas la charge mentale qui serait la mienne si je devais travailler à l’extérieur.”

“Je dirais que c’est possible pour quelque temps de vivre sur un seul salaire relativement modeste, par exemple le temps d’un congé parental, quand les enfants sont jeunes… Il y a différentes façons de faire des économies, on peut se restreindre sur les vêtements, faire beaucoup de choses “maison” pour tout ce qui est alimentaire… Par contre la viabilité du projet dépend beaucoup de l’endroit où l’on vit, c’est à dire du coût du logement et des possibilités de scolarisation.”

“Mettez toute votre confiance en Dieu. Il a tout changé dans ma vie en une année quand je pensais finir “vieille fille” (j’ai 37 ans). En janvier 2021, j’ai rencontré mon futur mari à la messe. En avril, nous nous sommes fiancés (le jour de son anniversaire). En septembre, nous nous sommes mariés (le jour de mon anniversaire). Un mariage tout simple qui ne nous a coûté que quelques centaines d’euros ! Fin décembre, j’apprenais que j’étais enceinte de notre premier enfant, alors que les différents gynécologues rencontrés au cours de ma vie m’annonçaient une possible infertilité due au syndrome des ovaires polykystiques. Je suis tombée enceinte naturellement deux mois après notre mariage ! Je suis femme et mère au foyer et mon mari travaille à tiers temps pour notre paroisse. Mais le Seigneur a été très bon avec nous puisque le curé de notre paroisse nous a proposé de louer un logement inoccupé depuis 3 ans. Ce loyer modéré permet de nous en sortir malgré de faibles revenus. Bien sûr nous percevons les allocations familiales et une aide au logement (vive la France !) et nous avons bien conscience qu’il en serait autrement dans un autre pays comme les USA. Notre bébé est né fin août à la maison, avec l’aide d’une sage-femme catholique. Contrairement à ce que j’entends souvent, un bébé ne coûte pas si cher. Nous en sommes la preuve vivante. Nous avons reçu de l’aide de plusieurs paroissiens qui  nous ont donné poussette, couffin, baignoire etc. J’ai récupéré ma layette de naissance que ma mère avait précieusement conservée. Nous avons aussi reçu beaucoup de vêtements neufs ou d’occasion. J’achète également en ressourcerie ou sur Vinted. Ma sœur vient de m’offrir une combinaison d’hiver de la marque Jacadi achetée 4 euros en ressourcerie (elle en vaut 80 !). Par ailleurs, j’allaite et j’utilise des langes lavables, ce qui permet des économies non-négligeables. On estime à 4000 euros le budget couches de la naissance à la propreté si vous achetez des couches bio écologiques. Sur le plan alimentaire, nous achetons local autant que faire se peut et je cuisine nos repas. Un bon plan : cherchez sur Le Bon Coin des personnes près de chez vous qui vendent des pommes, poires, légumes du potager non-traités. A 1 euro le kilo difficile de faire mieux ! Évidemment il faut cuisiner, mais on a bien plus de temps lorsqu’on reste à la maison. A 2 mois et demi, notre bébé semble déjà très sécure au niveau de son attachement. Il est très éveillé et fait de grands sourires. Nous sommes toujours avec lui   et aurions bien du mal à nous imaginer le confier à une étrangère, aussi gentille et professionnelle soit-elle. Personnellement, ma mère m’a mise en nourrice à un mois pour reprendre le travail et je l’ai très mal vécu. J’ai travaillé dans  des domaines très différents qui m’ont rendue malheureuse et déprimée. Je suis mille fois plus heureuse chez moi avec mon bébé. Cela ne m’empêche pas d’avoir des projets, notamment la création d’une micro-entreprise afin de travailler à mon rythme, depuis  chez moi. Quant à la question de l’habitat, mon mari et moi ne souhaitons pas contracter un emprunt à rembourser sur plusieurs décennies. Nous espérons économiser suffisamment pour pouvoir un  jour nous acheter une maison dans une région de France plus abordable que la nôtre (nous habitons dans le Nord !). Je n’aurais jamais imaginé que ma vie puisse aussi diamétralement changer en  si peu de temps. Le Seigneur fait pour nous des merveilles, Saint est Son nom. Demeurez toujours dans la confiance et l’espérance,  même, et surtout, dans les moments de doute. N’arrêtez jamais de prier. Que le Seigneur vous comble de ses grâces ! Amen !”

“Je suis mère au foyer et nous avons 2 enfants. Mon mari gagne depuis seulement 1 mois, plus de 2000 euros. Nous vivions pendant 2 ans avec environ 1800€. Nous avons vécu avec l’essentiel et ça rend heureux de vivre sobrement. Bien sur nous ne pouvons pas acheter neuf et nous regardons précisément nos dépenses. Cela aide a communiquer et décider ensemble sur beaucoup de choses. C’est un choix de notre part et c’est un peu galère surtout du fait que nous sommes dans une région très cher (Var) et que nous ne pouvons pas la quitter pour raison professionnelle. Je pense que c’est tout à fait possible pour une femme de ne pas travailler (même dans notre vie actuelle plutôt chère) si c’est un choix libre et que vous en acceptez les conséquences.”

“Bonjour, point de vue de père de famille : au début de notre mariage je gagnais mois de 1800€ net par mois, et bien une fois que notre fille est née j’ai du changer de travail car cela était vraiment insuffisant pour avoir le minimum de confort requis. Par chance, je me suis reconverti dans le commerce et j’ai multiplié mon salaire par 3 ou 4, et l’on peut enfin envisager d’acheter une maison. De nos jours si l’on veut une grande famille il vaut mieux tabler sur un gros salaire en effet. Donc aux hommes de se remettre en question et “de gagner pour 2”, comme ça la maman peut sereinement élever ses enfants à la maison.”

“Je suis mariée depuis juin 2020, on a accueilli notre premier bébé en mars 2021, j’ai été arrêtée assez tôt dans ma grossesse (j’avais conservé mon job étudiant après la fin de mes études vivant seule même fiancée), et donc seul mon mari a un salaire qui est de 2000 euros environ, c’était même moins à l’époque, bien sûr j’ai pu touché une petite somme de chômage, et une aide pour le premier enfant, mais pour 3, on vit avec cette somme mensuelle et on y arrive. Maintenant oui, c’est vrai, c’est un choix de vie, une conviction profonde, qui ne va pas sans sacrifices, mais on est loin d’être à plaindre, on a de quoi manger ! Alors c’est clair qu’on ne va pas au restaurant tous les mois, ni dans les lieux culturels (mais ça c’est pas un sacrifice), on fait attention aux achats. Mais la Providence est bel et bien là ! Que ce soit des petits cadeaux venant de proches, des petites attentions venues de connaissances, ou tout simplement un apprentissage pour la gestion d’un petit budget, tout concourt à nous faire grandir dans ce choix de vie. Personnellement, je ne me vois pas aller travailler (et pourtant je pourrais, car je suis diplômée pour être professeure), pour que mon salaire parte pour la plus grande partie dans la paie de la nounou, et surtout, avoir un bébé et confier son éducation à une autre personne… Je respecte ceux qui font ce choix, mais pour ma part, c’est impensable, j’aurais l’impression de passer à côté de l’essentiel. Ayant eu une maman qui travaillait, comme mon papa, j’ai été très tôt chez les nourrices, dans les garderies à l’école, et je peux dire que ma maman m’a beaucoup manquée ! Voilà pour mon témoignage. Aujourd’hui, on ne vit pas avec beaucoup, mais on ne manque de rien, et surtout, notre petit garçon est épanoui d’être avec sa maman, et on gardera ce choix de vie même avec l’arrivée du deuxième en janvier ! 🙏🏻😃”

“Je suis femme au foyer et avec 2 enfants le seul salaire de mon mari suffit. Nous avons un train de vie simple (pas de voyage par exemple), mais on arrive largement à se faire plaisir et aussi nous épargnons en même temps pour les écoles hors contrat donc c’est tout à fait possible. Bien sûr plus le nombre d’enfants augmente et plus il faut faire de concessions. Un jour ça coincera peut être et bien nous ferons moins de sorties.”

“Je peux te donner mon expérience, nous vivons à 3 (bientôt 4) avec 1500€ par mois. C’est tout à fait faisable ! Mais c’est comme tout il faut faire des choix… En choisissant d’être mère au foyer, nous avons changé de régions, nous nous sommes éloignés de nos familles (nous sommes partis à la campagne) pour avoir avec une maison (ce qu’on aurait jamais pu avoir même avec 2 salaires à 2000€ en ville où nous étions). Nous avons fait le choix que je consacre tout mon temps à nos enfants pour leur donner le meilleur départ possible dans la vie (même si pour moi, avec les pressions sociales ce n’est pas évident tous les jours, on est beaucoup dénigré et rabaissé lorsque l’on dit qu’on est mère au foyer). Mais bon c’est comme tout c’est un choix et il faut assumer les désavantages… Quand je vois la gaieté de mon fils, je me dis que j’ai bien fait ☺️ Pour autant même si ça reste faisable, c’est sûr on ne peut pas tout avoir, nous n’allons jamais au restaurant, ni au cinéma, nous ne partons pas en vacances etc… Car nous n’avons pas les moyens. On n’achète quasiment rien neuf pour nous et nos enfants on prend tout en seconde main (mais bon ça ne nous dérange pas, et avec internet c’est d’autant plus facile de trouver facilement des choses pas chères). Il en va de même avec nos voitures, nous roulons en Ax et en Xantia (ça ne plairait pas à tout le monde, on a déjà eu des remarques là-dessus) mais voilà c’est comme tout c’est une question de choix. Si on souhaite s’endetter pour une voiture libre à chacun de le faire. Nous préférons mettre notre argent dans notre maison 😁 Par contre, nous avons 9000m2 de terrain avec de nombreux animaux (ce qui a un coût, et qui est de même est un choix : soit partir en vacances, soit produire soi-même sa nourriture) et nous y sommes très bien, nous ne ressentons pas le besoin de partir en vacances. Tout est une question de choix pour coller avec ses valeurs et la vie à laquelle on aspire ☺️ On fait ce qu’on peut avoir les moyens qu’on a 😉”

“Seul mon mari travaille. Nous vivons en campagne très simplement. Une serre, un potager, un poulailler. A chaque fois que j’ai repris le travail, je culpabilisais de ne pas passer assez de temps avec mes deux derniers. Aujourd’hui, ils font l’école à la maison. Nous avons un mode de vie très économique mais quelle richesse de pouvoir conjuguer ma vie de femme, ma vie de mère de famille, d’épouse. ( Moins de charge mentale, donc moins de tensions) et une importance économique. Quand vous faites votre potager, votre pain, vous gagnez de l’argent car vous n’avez pas à le dépenser. Les enfants apprennent des choses que vous n’auriez pas le temps de leur enseigner.”

“Mon mari est le seul à travailler, il gagne moins de 1500€ par mois. Grâce à Dieu, malgré tous les graves problèmes de notre époque et de notre pays, nous avons un système social qui favorise les pauvres (il y a un revers évidemment avec tous ceux qui en profitent, mais c’est un autre sujet). Nous touchons donc en tout près de 1000€ d’aides. Sans cela, il serait extrêmement difficile, voire impossible de s’en sortir, avec 3 enfants. Pour le moment nous tenons le choc. Ce n’est évidemment pas facile tous les jours. Mais premièrement : c’est un principe, et si l’on se repose en Dieu “tout” est possible. Deuxièmement : beaucoup, beaucoup de choses qui nous paraissent aujourd’hui indispensables n’existaient tout simplement pas il y a quelques décennies. La situation n’est donc pas nécessairement comparable ; de plus nous devons apprendre à distinguer le nécessaire du superflu, et si besoin s’en passer ; c’est une bonne école de vie et de sainteté. Troisièmement : quand on est femme au foyer, cela fait partie de notre devoir d’économiser ! Un exemple tout bête et bien prosaïque : grâce au fait que je sois femme au foyer, nous avons pris un forfait Heures Creuses EDF, et j’ai pu m’organiser en conséquence : cela nous a permis d’économiser une belle somme, EDF nous a même remboursés une partie de notre consommation présumée. Idem pour la cuisine fait maison, les bons plans, la récup ; si on habite à la campagne, on élève des poules, on fait un potager. Les possibilités sont grandes ! En conclusion je dirais que c’est parfois difficile mais pas du tout impossible de vivre avec un seul salaire de moins de 2000€. Évidemment chaque situation est différente. De plus nous n’avons pas encore de scolarité à payer, si cela devient nécessaire je vous avoue très franchement que sans un deuxième salaire cela va s’avérer très très très épineux. Mais Dieu est là, comme on dit l’homme propose et Dieu dispose. Cherchons d’abord le royaume de Dieu et sa justice…”

Merci à toutes pour vos précieux témoignages !

Ces articles peuvent également vous intéresser : Récit d’une féministe devenue mère au foyer et Peut-on être mère au foyer et heureuse ?

Crédit photo : Pexels.

4 réflexions sur “Peut-on rester au foyer si notre mari a un petit salaire ?

  1. Constance dit :

    Franchement j’en rêve.
    Mais malheureusement le lieu de vie fait beaucoup.
    Ici j’ai toujours privilégié l’autonomie citadine. C’est sûr que l’autonomie rurale apporte place et ressources alimentaires.
    Mais en grandissant les enfants ont besoin d’écoles et de sport et tout est plus abordables et diversifié en ville, même périphériques, sans parler de l’autonomie énergétique (essence et voiture pas indispensable, déplacement en vélo et transport en commun).
    Sauf : le logement. Et même avec de petites exigences et la débrouille (ici nous avons 30m2 de pieces de vie cuisine comprise à 5 et un emprunt long qui permet des mensualités plus basses que la moyenne), un seul salaire ne suffirait pas.
    Je ne me plains pas, j’ai bien mené ma barque et avec l’aide de Dieu je travaille à 80% dans un secteur qui me plaît avec des horaires très compatibles avec les devoirs scolaires du soir.
    Mais des fois j’avoue ma charge mentale explose et je suis obligée de rogner en qualité sur certaines choses (humeur aléatoire, maison pas toujours impeccable, exit le repassage, linge à rotation ralentie avec interdiction de change quotidien…).
    Heureusement j’ai un mari qui cuisine ! Et puis je choisi mes priorités qui tournent souvent autour de l’accompagnement scolaire et des activités collectives, sportives et de nature essentiels à mon sens pour bien grandir.

  2. Obrigada dit :

    Témoignages très intéressants. Chez nous aussi il y a un seul salaire bien inférieur à 2000 € (1400 €) et nous sommes 5. Mais c’est le mien… mon mari n’étant pas « père au foyer » nous avons des frais de garde et je gère les tâches ménagères tant bien que mal quand je suis à la maison. Nous menons la vie simple à la campagne décrite dans ces témoignages et nous sommes plutôt heureux. Mais nous sommes pauvres, chaque achat est réfléchi, parfois repoussé. Au présent ça passe mais cela me peine parfois de ne pas être sûre de bien préparer l’avenir de mes enfants. Mon mari me rêve en « reine de la maison » et fée du logis (et je pense que cela pourrait en effet me plaire) mais aller travailler à l’extérieur revient à ses yeux à vendre son âme au diable donc nous sommes dans une situation atypique de famille « traditionnelle » dans plein de domaines mais pas dans la vie professionnelle.

  3. Prunelle dit :

    J’avoue être assez choquée par les témoignages, s’il sont vrais en tout cas : tous les revenus indiqués sont TOUS supérieurs à 2000 EUROS par mois!

    2000 euros par mois, ce n’est pas un petit salaire du tout!!!

    Salaire médian en France : 1700 euros, ça veut dire que la moitié des Français qui travaillent, gagnent moins de 1700 euros.

    Donc, évidemment, oui on vit bien à plus de 2000 euros par mois pour un couple avec 1, 2 ou 3 enfants. C’est normal.

    Dans le 1er témoignage, la personne nous indique toucher les allocations familiales, ce qui est impossible avec 1 seul enfant (les allocations familiales s’appliquent à partir de 2 enfants).
    Dans le dernier témoignage, on se moque de nous, avec une personne qui se vante d’arriver à vivre avec 1500 euros de salaire alors qu’elle touche, en plus du salaire en question,1000 euros (j’ai dû me frotter les yeux pour y croire!) d’aides par mois. Son foyer touche donc 2500 euros de revenus par mois! Ce n’est pas un petit salaire! Ce n’est pas « pas beaucoup ». C’est même large pour un couple avec 3 jeunes enfants.

    Désolée, mais il s’agit là de gens de la classe moyenne, et pas dans les déciles les plus bas de la classe moyenne, qui n’ont aucun mérite à s’en sortir avec les revenus qu’ils touchent parce que ces revenus sont largement suffisants.

    Le plus gros poste de dépenses, c’est le loyer et les charges du loyer (gaz, électricité, taxe foncière, etc…) ainsi que les dépenses de transport (voiture+essence+assurance+CT, etc…), que l’on habite à 1 ou à 14 dans un logement, il coûte le même prix à louer, à chauffer, à éclairer, etc… Donc, effectivement le nombre de personnes dans le foyer ne modifient pas le montant du poste de dépenses concerné.

    Bref, j’apprécie tous ces témoignages qui réchauffent mon cœur, car il est évident que les enfants et la vie familiale sont bien meilleurs avec la mère à la maison, mais je pense que c’est presque irrespectueux de présenter ça comme des gens ayant peu de moyens!

    Merci à eux et à Thérèse quand même et espérons que cela inspirera de nombreuses personnes à faire de même et à privilégier le plus important dans la vie : les enfants et la famille.

    Je précise que mon témoignage est écrit sans agressivité, simplement, j’ai le malheur de faire partie des gens qui vivent véritablement avec de faibles revenus, qui sont obligés de compter au centime près, qui ne mangent pas ce qu’ils veulent et ça me fait mal de voir des gens parler de petits revenus avec plus de 2000 euros par mois. Non, vous n’êtes pas des petits revenus, vous aimeriez peut-être avoir davantage, et je vous le souhaite de tout mon cœur, mais vous ne faites pas partie des petits revenus.

Laisser un commentaire